Festival, Interview, Liège, NANDRIN

WE ARE WAVES, UN QUATUOR SURFANT SUR UNE VAGUE INÉDITE !

WE ARE WAVES, UN QUATUOR SURFANT SUR UNE VAGUE INÉDITE !

Interview: Cécile Botton / Photos: Phta Photo & Wav

À l’occasion du Nandrin Festival, Quatremille est parti à la rencontre de We Are Waves. Ce groupe originaire de Turin, nous propose un univers unique : un brin de new wave issue des années quatre-vingts saupoudré d’une touche de musique électronique moderne. 

Subjuguée par leur prestation, j’ai une folle envie de découvrir qui se cache dernière cette musique inédite ! Je suis dès lors partie à la rencontre de Fabio le chanteur & guitariste et d’Adriano, le batteur. Pendant ce temps-là, Cisa, le claviériste et Mene, le bassiste dédicacent leurs albums au stand de « merchandising ».

Bien installés dans leur loge, Fabio en profite pour retracer l’évolution du groupe : une première chanson en 2011, suivie d’un EP l’année suivante. Leur premier album, Promises arrive en 2014.  « Le dernier, Hold est sorti il y a tout juste un an », me souffle Fabio, « peu à peu, on va se remettre à écrire. » C’est d’ailleurs lui qui écrit. « J’affectionne particulièrement ce travail d’écriture, je trouve qu’il est vraiment important de partager des choses sensées avec le public. C’est un long processus, mais c’est une expérience formidable ! ». Cisa ou Fabio sont à l’origine des compositions, mais c’est ensemble qu’ils arrangent les morceaux.

Si leur style musical s’appuie sur les sons de la new wave des eighties, ils ne veulent absolument pas être un groupe nostalgique. « Nous sommes dans le présent et nous voulons jouer de la musique de 2018 », explique Adriano, « nous mixons deux styles : une sorte de musique électronique moderne au côté froid avec une attitude new wave. En fait, en Italie, nous sommes les seuls à proposer ce style de musique. »

Pas facile de chanter en anglais dans ce pays ! Les Italiens préfèrent écouter et chanter dans leur langue maternelle. Le groupe a cependant pas mal de fans dans toute l’Italie, mais c’est à l’étranger et plus particulièrement en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et en France qu’ils ont le plus de concerts !

Et la musique pour vous…

« C’est vraiment une grande question, on pourrait en parler toute la nuit », lâche Fabio… « À certains moments, la musique donne du sens à ma vie, elle enlève son côté ennuyant, mais parfois c’est comme une drogue, je voudrais faire un break, mais je n‘y arrive pas… Alors certains jours, j’adore la musique et d’autres absolument pas ».

© Phta Photo

«La musique, c’est vivre beaucoup d’émotions à travers les concerts, les interviews, les enregistrements, …», poursuit  Adriano, « mon amour pour musique me suivra jusqu’au bout… j’ai toujours aimé la musique mais parfois, je déteste la difficulté d’être reconnu, le fait que certains ne respectent pas les musiciens. Quand tu dis que tu veux vivre de la musique, on pense que tu blagues… Heureusement, qu’il y a des personnes pour te soutenir ! »

« D’ailleurs, ce n’est pas facile d’en vivre », enchaine Fabio, « c’est difficile d’être pris au sérieux quand tu dis : «  Je chante dans un groupe, je joue ma propre musique,  je suis un artiste, … souvent, les gens te demandent :  mais, quel est ton vrai métier ? » Pourtant, la musique, c’est un vrai boulot : écrire, composer, enregistrer, promouvoir tes disques, préparer les concerts, voyager… c’est un job à temps plein… Parfois, tu n’es pas respecté dans ton travail ! Évidemment, ce n’est pas toujours le cas et ce festival est une exception, on est heureux d’y être car tout est bien organisé, l’accueil est sympa… c’est un rêve pour nous ! »

© Wav

Ils espèrent revenir très bientôt chez nous car ils s’y sentent bien. « C’est un peu notre deuxième maison, alors nous reviendrons très certainement », conclut Fabio. D’ailleurs, Sébastien Preaud,  leur manager en Belgique veille aux grains !

Commentaires

commentaires

You may also like
QUAND LIÈGE TOURNE AU RYTHME DU FIFCL
Festival International du Film de Comédie de Liège, Liège
QUAND LIÈGE TOURNE AU RYTHME DU FIFCL
13 novembre 2018
JÉRÔME MARDAGA, ENTRE ENVOLÉE LANCINANTE ET ÉRUPTION VOLCANIQUE
Artiste, Chronique, Concert, Interview, Liège, Musique, reflektor
JÉRÔME MARDAGA, ENTRE ENVOLÉE LANCINANTE ET ÉRUPTION VOLCANIQUE
13 novembre 2018
LE DEB FEST’, UNE HISTOIRE QUI POURRAIT DURER
Chronique, Festival, Liège
LE DEB FEST’, UNE HISTOIRE QUI POURRAIT DURER
12 novembre 2018

X