TRIGGERFINGER, UN PLEIN D’ÉNERGIE !

Chronique : Cécile Botton / Photographies © Marjorie Goffart 

Actuellement, les Triggerfinger tournent dans l’Europe entière pour présenter leur dernier album Colossus. Ce jeudi 1er février, ils se sont arrêtés au Reflektor pour un concert sold-out depuis de longs mois. C’est ainsi que je me suis retrouvée dans une salle comble qui allait déménager aux sons de la voix et de la guitare de Ruben Block, de la basse de Paul Van Bruystegem, plus connu sous le nom de « Monsieur Paul », et de la batterie de Mario Goossens. Ah oui, j’oubliais… une petite surprise nous attendait ! Sur scène, il n’y avait pas trois mais quatre musiciens. Depuis peu, le guitariste Geoffrey Burton a rejoint le trio anversois. Outre la guitare, ce dernier tient de temps à autre une maraca ou pianote sur un petit clavier.

Vingt ans et pas une ride ! Bien au contraire, avec les années, les Trigger osent sortir de leur zone de confort et s’aventurer vers d’autres cieux. Le groupe qui a pour habitude de naviguer entre stone rock, hard rock et blues rock nous emmène, avec son dernier opus, dans un monde davantage tourné vers le rock 60’s et ses ambiances psychédéliques.

Mais revenons au concert. Dès la première note, le ton est donné. Une basse intense, une batterie sans faille, des jeux de guitares à n’en plus finir et une voix magique sont les maitres-mots de cette soirée. Quel plaisir de ressentir la complicité liant ces musiciens hors pair ! Ils partagent leur amour de la scène sans façon alternant temps calmes où la voix a capella de Ruben m’a transportée et rock bien dur où personne ne résiste à l’envie de bouger au rythme d’un jeu de batterie exceptionnel ! En effet, plus les morceaux s’enchainent, plus le public s’enflamme et se déhanche au tempo de Mario Goossens. Celui-ci nous a d’ailleurs proposé un solo de batterie sensationnel… Enfin solo, c’est peu dire car bien vite Ruben, Monsieur Paul et Geoffrey l’ont rejoint aux percussions… Quelle intensité ! Tous sens en éveil, je ne suis pas prête d’oublier cet épisode aussi puissant que fascinant !

Que faut-il de plus pour passer un excellent moment et faire fi de ces journées bien grises ? En tout cas, je quitte le Reflektor pleine d’énergie ! Envie de les découvrir, soyez prévoyant car leurs concerts affichent souvent sold-out bien longtemps avant les dates fatidiques !

 

 

 

Commentaires

commentaires