TOUS NUS

Rédaction : Naomi Bussaglia // Photographies exposées : Barbara Salomé Felgenhauer // Photographies vernissage : Marie Emorej

Barbara Salomé Felgenhauer, un – long – nom à retenir. Cette jeune photographe liégeoise s’est lancé un challenge : mettre à nu les tabous concernant les complexes physiques masculins. Et pour y arriver, elle a littéralement photographié des hommes torse nu. Son exposition peut être visitée tous les weekends à l’Aquilone jusqu’au 24 février.

« Et si t’enlevais ton t-shirt ? », une phrase qui peut être mal perçue. C’est trop intime pour certains, trop personnel. Car lors de la situation qui suit, du moment où on enlève ledit vêtement, quelles sont les pensées secrètes et les sentiments qui traversent l’esprit du premier concerné ? Barbara s’est posé la question. Une exposition lui est consacrée dans les locaux de la Cantina de l’Aquilone en Outremeuse.

Sur les murs de pierre de la Cantina, on pense que les photos font déjà partie du décor. Des photos simples dans un endroit sans artifice. Exposées toutes côte à côte, suspendues par une tige de fer, les photographies trônent au-dessus d’une table. Quatorze clichés pris entre 2018 et 2019 représentent quatorze hommes de tous âges : un ami, un compagnon, un père, ou juste une rencontre. Ces hommes, Barbara voulait les représenter tels qu’ils sont réellement. Certains d’entre eux plus naïfs que d’autres à l’idée qu’on les photographie à moitié nus. Certains plus sûrs d’eux, jusqu’à ce fameux moment où ils retirent leur t-shirt.

Photographiés dans leur intérieur ou dans un décor de leur choix, selon elle, c’était l’occasion de créer la photo avec ses modèles. On découvre alors Elie chez lui, dans sa cuisine, le corps à moitié découvert, préparant son repas. « Moi je vis tout le temps torse nu donc pas de soucis », a-t-il répondu à la demande intime de la Liégeoise, « mais je préfère quand même faire quelque chose. » Barbara termine son anecdote en riant : « Du coup il m’a fait à manger. »

L’artiste dévoile son intention derrière ce projet : proposer aux hommes de faire quelque chose que les femmes ne sont pas nécessairement autorisées à faire. Se mettre à nu, ou du moins à moitié. Chercher à savoir si eux aussi ont tendance à se trouver des complexes. On s’interroge sur leur opinion et sur leur vision des choses après cette expérience. Par chance, Manu un des quatorze, répond à nos questionnements durant le vernissage. « C’est moins angoissant en voyant l’exposition telle quelle, parce que je ne suis pas exposé seul. On est un groupe d’hommes torse nu. »

On prend son temps à observer chaque photo, on aurait peur de manquer un sourire ou alors un regard particulier. Chaque pièce évoque une histoire chez Barbara et elle se fait un plaisir d’expliquer comment les prises ont été faites. Elle s’empresse de nous avouer que l’exposition n’est pas finie. Pour elle, tous les hommes, sous toutes les formes, méritent d’être photographiés. L’histoire du corps, elle correspond à tous. « Ce projet est interminable. » termine-t-elle par nous dire, un sourire aux lèvres. On est heureux, on les reverra, elle et ses hommes.

Commentaires

commentaires