THOMAS VERMEIRE FAIT CE QUI LUI PLAÎT

Photographies © Christophe Van Der Straten
Interview > Amélie Jacques-Houssa

 

 

 

 

 

Quatremille a rencontré Thomas Vermeiere, auteur de bande dessinée liègeois ! Nous vous livrons l’interview d’Amélie Jacques-Houssa !

 

 

 

 

 

Quatremille : « Quelle est ta punchline (crédo / maxime)? »

Thomas Vermeire : « Récemment, sur le mur à côté de mon bureau, j’ai écrit : « Arrête de dessiner pour les gens ».

Je ne vais pas suivre cette phrase littéralement, mais elle est là pour me rappeler que ce qui m’éclate le plus, c’est de bosser sur mes projets personnels. Quand un jour, on commence à se lancer dans le dessin, ce n’est pas pour suivre les directives de quelqu’un, mais pour faire ce qu’on a envie ! Hé, « Faire ce qu’on a envie !», ça aussi, c’est une super punchline !

 

Quatremille : « Que signifie Judey? »

Thomas Vermeire : « Judey, c’est mon ancien nom d’artiste, j’ai commencé à l’utiliser quand j’étais encore aux études et je l’ai abandonné cette année. Je sais que certains de mes amis continueront à m’appeler comme ça encore longtemps ; comme ces mecs qu’on appelle un jour « Keke » et qui finissent par garder ce surnom toute leur vie (rires) !

 

Quatremille : « Comment définirais-tu ton projet artistique (influences et activités)? »

Thomas Vermeire : « J’ai dû mal à identifier ce qui m’influence vraiment quand j’écris des histoires. Je crois que ça vient comme ça. En tout cas, je sais que je n’ai pas envie de parler de choses comme l’amour ou la politique par exemple. Mais plutôt de choses comme le temps ; le temps qui passe, c’est un sujet qui revient très souvent dans mes scénarios.

Mon prochain projet me met en scène dans un hypothétique futur où je connaitrai le succès grâce à un personnage de bande dessinée nommé « Zinzin ». J’essaye de deviner quel genre de personne je pourrais devenir, quels regrets je pourrais avoir, quels problèmes pourraient intervenir dans ma vie. En fait, c’est une sorte d’autobiographie futuriste. »

 

Quatremille : « Ton travail semble extrêmement diversifié : de l’illustration abstraite et poétique aux planches de BD comico-graphiques. Comment parviens-tu à amener cette cohérence entre tes diverses propositions ? »

Thomas Vermeire : « Je ne réfléchis jamais pour apporter de la cohérence entre les différentes choses que je crée. J’ai l’impression que ça se fait naturellement, comme par magie… oui, je n’ai pas peur d’utiliser le mot « magie ». »

 

Quatremille : « Que dire de l’univers actuel de la BD liégeoise et belge? Qu’en est-il de son évolution? »

Thomas Vermeire : « A Liège, il y a plein de gens qui font de la BD, le meilleur c’est Okram. En Belgique aussi, il y a quantité de personnes qui en réalisent, la meilleure c’est Aniss El Hamouri. Mais celui qui va la faire la plus évoluer, c’est le Docteur Lunet. Allez voir leur travail, ça vaut le coup ! »

 

Quatremille : « Il y a quelques années, tu as remporté le concours « focus strips awards », ce qui t’as permis d’être publié pendant un an dans le Focus Vif et le Knack Focus. Qu’as-tu retiré de cette expérience? T’a-t-elle ouvert de nouvelles portes? »

Thomas Vermeire : « J’ai appris à m’organiser et à respecter des deadlines. Je devais faire un strip et une page chaque semaine. C’était pas mal de boulot ! Les histoires étaient totalement improvisées, le scénario partait dans tous les sens. Je me suis bien amusé. Au final, cette expérience a surtout ouvert les portes de mon esprit. En fait, je ne suis pas sûr de cette dernière phrase… »

 

Quatremille : « Quelles sont tes collaborations actuelles ? »

Thomas Vermeire : « En ce moment, je dessine beaucoup avec mon amie Lou. On réalise des illustrations abstraites en expérimentant beaucoup sur papier. Par rapport à la BD, c’est tellement libre et sans contrainte que j’ai l’impression de retrouver le plaisir que je connaissais lorsque je dessinais à l’âge de 6 ans. C’est cette collaboration qui nourrit énormément mon style en ce moment. Je travaille également très souvent avec des enfants. C’est génial, ils peuvent te faire un bonhomme tout torché, hyper raté, mais qui fonctionne super bien. Ils sont super spontanés alors que toi, tu te prends la tête pour rien. Ils m’apprennent beaucoup de choses. »

 

Quatremille : « Comment souhaiterais-tu faire évoluer ton travail ? »

Thomas Vermeire : « C’est impossible à prévoir, cette évolution survient au gré de mes envies et de mes nouvelles influences. Peut-être que dans quelques mois, je ferai de la sculpture, du tissage ou des portraits de petits chats à l’huile… on ne sait jamais ! »

 

Quatremille : « Quelles sont tes actualités à venir? »

Thomas Vermeire : « La semaine prochaine, je vais aller boire un café au Cupper, venez dessiner avec moi, on fera des blagues ! »

 

 

On like, on partage et on jette un œil à la page facebook de Thomas Vermeire !

Commentaires

commentaires