INTERVIEW DE TANAË

Vidéo © Cyril Doisy / Interview > Cécile Botton

 

Quatremille​ a rencontré Tanaë​ ! Une chanteuse (Shana) accompagnée ici par son guitariste (Simon Fransquet​).

Quatremille : « Pourquoi avoir choisi le pseudonyme de Tanaë ? »

Shana : « Je voulais trouver un nom qui avait une signification particulière pour moi… Quand mon frère était petit, il n’arrivait pas à dire mon prénom (Shana) et il m’appelait « Tana ». Puisqu’il s’appelle Maël, j’ai rajouté un « ë » à la fin, ce qui a donné Tanaë. »

Quatremille : « Votre duo en un paradoxe fort ? »

Simon : « Shana est la spontanéité incarnée, elle chante sans retenue ni complexe alors que moi je suis beaucoup plus dans l’analyse et la réflexion, j’aime les détails minutieux que peu de gens pourront voir mais c’est ça qui est beau et intéressant selon moi… et c’est une des forces de ce « duo ». »

Quatremille : « Votre collaboration est très récente ! Comment est-elle née ? »

Simon : « C’est son producteur qui m’a demandé de participer au projet. On a fait un premier test sans vraiment savoir si ça allait coller mais ça nous a tout de suite semblé évident. »

Shana : « Simon avait envoyé un message sur ma page Facebook, on s’est ensuite rencontré et je peux dire que ça a été un coup de foudre humain et artistique. J’ai tout de suite voulu travailler avec lui ! »

Quatremille : « Au sein du projet, quels sont les rôles de chacun ? »

Shana : « Je pourrais simplement dire qu’il joue et que je chante, mais c’est plus complexe que ça.

On travaille à la base sur des covers que j’ai déjà postés en changeant parfois la structure du morceau, le rythme… Simon met vraiment sa touche personnelle dans chaque morceau qu’on joue en live et c’est ce que j’aime beaucoup. C’est comme réinventer le cover à chaque fois. Parfois, on les modifie tellement que ça devient presque des compositions. On trouve les idées de morceaux à reprendre ensemble. Ça arrive que je propose des choses qu’il n’aime pas forcément mais en travaillant dessus ça donne vraiment un truc super cool qu’on finit par adorer tous les deux. »

Simon : « Pour le moment, les rôles se définissent et évoluent encore car la collaboration est vraiment très récente. Nous travaillons ensemble sur une synergie commune et réfléchissons à l’esthétique que nous voulons développer pour le live. J’essaye d’amener ma patte avec la guitare 8 cordes tout en respectant son univers et sa spontanéité. »

Quatremille : « Vous apparentez-vous plutôt à des opposés complémentaires ou, à l’inverse, à des associés sortis tout droit du même moule ? Comment vos expériences et influences se répondent-elles ? »

Shana : « Je pense qu’on est fondamentalement différent sur notre façon de travailler. Comme Simon le disait, il se focalise sur la « technique/théorie », les petits détails, alors que je suis plus spontanée. Je fais les choses comme je les ressens sans faire forcément attention aux détails quand je chante. C’est aussi pour ça qu’on se complète bien. Il attire mon attention sur des choses et d’un autre côté, je le fais sûrement un peu lâcher prise sur d’autres. À côté de ça, on est pareil sur plein de choses et heureusement car quand on travaille avec quelqu’un, surtout artistiquement, il vaut mieux être en « osmose » et avoir des goûts et des idées similaires. »

Simon : « Comme le dit Shana, beaucoup de choses nous lient vraiment fort musicalement, on a énormément de goûts communs et une sensibilité artistique quasiment identique. Comme elle le dit, j’attire son attention sur certains détails, parfois je lui compose et propose des choses mais ce qu’elle fait spontanément est parfois meilleur et mieux tapé… c’est dingue ! »

Quatremille : « Après quatre premiers covers en solo qui ont déjà bien marché, votre première vidéo en duo a fait plus de 85 000 vues en un peu plus d’une semaine. Impressionnant ! Selon vous, à quoi est dû cet engouement ? »

Simon : « L’idée de reprendre « Barbie Girl » venait de son manager, Manu. Je pense que c’était une super idée car cette chanson reflète toute une génération. Avec mon arrangement, les gens ont eu du mal à reconnaître le morceau… ça faisait partie du « jeu » ! C’est ce qui a sûrement intrigué les gens. Ce qui est intéressant, c’est le mix entre le côté « grand public » et le côté très travaillé du morceau. Je pense aussi que le chouette mélange entre la voix pop soul, puissante et douce de Shana et ma « performance » subtile à la loop station derrière a fait que ça a fonctionné. »

Quatremille : « Pourquoi avoir choisi de revisiter ce tube d’Aqua? Nostalgie ou ironie ? »

Shana : « Ironie ! À la base, c’était juste une idée comme ça… Je trouvais ça drôle de reprendre un titre un peu « absurde » de façon totalement différente. Puis, je me suis dit que ce serait vraiment un challenge de dénaturer complètement ce morceau et de le faire redécouvrir à tout le monde. Il faut croire que ça a plutôt bien fonctionné ! »

Quatremille : « Comment comptez-vous faire évoluer le projet ? Continuerez-vous à vous concentrer sur des covers ou vous dirigerez-vous plutôt vers la composition ? »

Shana : « Je travaille actuellement en studio sur des compositions personnelles en vue de sortir, je l’espère, un single vers le mois de septembre. La composition de certains morceaux va être totalement léguée à Simon. »

Quatremille : « Où peut-on suivre cette évolution ? »

Shana : « Principalement sur ma page Facebook « Tanaë », mais aussi sur Youtube et Spotify. »

Quatremille : « Avez-vous des concerts ou événements déjà programmés ? »

Shana : « Pour le moment, beaucoup de propositions s’offrent à nous, c’est vraiment génial ! On jouera au festival de Nandrin ce 1er Juillet, le 7 juillet dans l’espace presse des Ardentes, le 9 Juillet à l’abbaye de Stavelot, ainsi que quelques concerts privés. »

On like, on partage et on jette un oeil à la page facebook de Tanaë ainsi que leur page Youtube !

Commentaires

commentaires