Interview > Carris Nsinga
Photographie couverture © Guillaume Durand
Photographies © Groundprod © Soke

Les fans de hip-hop aux sons bien percutants peuvent se réjouir ! Après 10 ans d’existence, le collectif YO DUBSTA passe à la vitesse supérieure et lance la seconde édition du festival « Melt’hip hop », qui se déroulera les 6 et 7 octobre à l’Espace Georges Truffaut. Leur équipe, passionnée et pointue, nous promet un line up exceptionnel ! Quatremille les a invités à vous en dire plus…

Quatremille : Bonjour et un tout grand merci pour cette interview ! Pouvez-vous nous dire qui se cache derrière YO DUBSTA ? 

Lionel : YO DUBSTA, c’est principalement quatre personnes : Antonin, Adrien, Quentin et moi. Le collectif est né il y a 10 ans. A cette époque, nous étions toujours sur les bancs de l’école ! C’est à Bastogne, dans les Ardennes, que l’aventure a commencé. Au départ, nous étions cinq et, au fil du temps, certains sont partis et d’autres arrivés ! 

Antonin : « Sans oublier toute l’équipe de bénévoles qui nous soutient lors des événements. D’ailleurs, nous profitons de l’occasion pour les remercier ! 

Quatremille : Comment votre projet est-il né ? Pourriez-vous en définir le concept ? 

L : Comme abordé ci-dessus, tout a démarré dans les Ardennes… où il n’existait pas grand-chose au niveau musical (rires) ! Nous avions environ 16 ans et avons voulu prendre les choses en main en commençant à organiser nos propres soirées et concerts, plutôt axés punk, ska et reggae. Nous avons dû faire un tas de petits boulots, notamment travailler dans les bois, pour financer ce projet : nous n’étions que des amateurs ! Il y a à peu près 8 ans, en arrivant à Liège, nous avons souhaité continuer sur notre lancée mais en changeant d’univers. C’est ainsi que YO DUBSTA s’est dirigé vers le hip-hop ! 

A : Au fil du temps, nos évènements sont devenus l’occasion de mettre en avant certains artistes liégeois « coups de cœur » ou, plus simplement, de proposer des projets musicaux que nous avions envie de voir, sans attendre que d’autres les fassent monter sur scène à notre place ! A chacun d’eux, nous programmons une « tête d’affiche » qui, même si elle n’est pas connue du grand public, représente une valeur sûre à nos yeux. Parallèlement à cela, nous essayons de mettre en place un Open Mic afin de donner à chacun l’occasion de s’essayer au live. 

Quatremille : Vos programmations sont souvent axées sur le hip-hop underground. Envisagez-vous d’y faire une place pour la mouvance Trap? 

A : Bien sûr ! Il y a de nombreux jeunes musiciens, notamment en région liégeoise, qui évoluent vers ce style et nous souhaitons leur offrir un espace d’expression également. Cela peut leur amener une certaine visibilité. 

L : Il est vrai que notre objectif est avant tout de nous faire plaisir, donc nous programmons de préférence des artistes que nous apprécions personnellement. Cependant, nous cherchons tout autant à plaire au public et comptons bien diversifier les styles proposés en explorant d’autres milieux comme ceux de la Grime ou de l’électro. Ce que nous tenons particulièrement à conserver, c’est l’aspect « découverte internationale » ! 

Quatremille : Nous sommes également là pour parler du « Melt’hip-hop » festival. Quelles étaient vos motivations premières lors de sa mise en place ? 

L & A : Après une décennie d’existence, nous voulions vraiment marquer le coup ! Nous avions envie de faire des « cadeaux », tant à nous qu’au public, notamment en invitant des artistes tels que Furax ou Demi Portion ! En somme, nous voulions nous féliciter pour ces 10 ans d’efforts et remercier les gens de leur fidélité. Aussi, bien qu’il y ait quelques événements hip-hop organisés à Liège, nous n’en voyions pas réellement sortir du lot, ni tenir la route sur la durée,… et c’est ça que nous recherchons aujourd’hui : pérenniser notre projet et proposer une édition « festival » chaque année ! 

Quatremille : Ces dix années de YO DUBSTA… Qu’est-ce que ça donne en chiffres ? 

L : Dix années de YO DUBSTA  en chiffres c’est : une trentaine d’événements sur Liège ̶ principalement à La Zone, aux Fous D’En Face, dans certains squats, à l’Espace Georges Truffaut et au Kultura ̶  et environ un millier de personnes touchées chaque année. Au niveau des évènements particulièrement marquants, on peut noter le concert du C.Sen ̶  qui a enflammé La Zone avec une prestation hors norme malgré un public peu nombreux ̶  et celui d’Hugo Boss et du TSR Crew, que nous avons accueillis pour la première fois en Belgique ! Plus récemment, les amis suédois de Supersci nous ont également mis une belle claque ! Pendant 4 ans, nous avons aussi fait partie du collectif des Barbantes ̶  le festival off des Ardentes ̶  au sein duquel nous nous occupions de la scène hip-hop. 

Quatremille : Ce festival semble être votre projet le plus abouti, pouvez-vous nous le présenter plus précisément ? 

A & L: C’est déjà la seconde édition du projet « Melt’hip-hop ». Lors de la première édition, nous avions entre autres invité les Lyonnais de L’Animalerie. Nous sommes plutôt satisfaits du projet de l’an passé mais, cette année, nous remettons le couvert en proposant un événement de bien plus grande ampleur ! Nous aimerions rassembler un public plus large et cherchons, dès lors, à nous adresser tant aux gros mordus de hip-hop, qu’aux personnes en quête de nouvelles découvertes. Nous espérons rendre l’univers musical underground un peu plus accessible, notamment grâce à un prix d’entrée démocratique… et ce malgré l’augmentation constante des cachets des artistes ! Nous tentons aussi de véhiculer une image positive du hip-hop, loin des clichés que l’on retrouve dans le gangsta-rap, par exemple. Nous programmons des artistes qui transmettent un certain message, en ayant une démarche sincère et originale.

Pour cette édition, nous proposons deux jours de festival dans deux styles très différents !

Le vendredi, nous avons invité Furax et Bastard Prod, dont on attend beaucoup au niveau de la prestation scénique. Avant eux, il y aura notre gros coup de cœur rap de 2016 : Martyrs Modernes avec les artistes Nefaste, Ol’Zico, Pejmaxx, et Mani Deïz aux prods… Ça risque d’en mettre plus d’un sur le cul ! Et, nous proposerons également une belle place au rap belge avec K-otik, Pako, Kekro et les Anonymes.

Le samedi, nous présenterons des artistes plus « lyricistes » avec notamment Demi-Portion, Fayçal, le petit Youssef Swatt’s, Tonino et nos potes liégeois du 100 Crew. Pour finir, nous clôturerons le weekend avec deux dj-set : Sonar et Turtle master.

Et, qui sait, peut-être que d’autres surprises seront à venir !

Quatremille : Joli programme ! Visiblement, de grosses pointures prendront place aux côtés de groupes locaux. Comment sélectionnez-vous ces derniers ? Au coup de cœur ? 

L & A : En effet, nous marchons généralement au coup de cœur dans nos choix d’artistes, mais peu importe leur renommée ! Par exemple, nous apprécions la musicalité de Kekro et avons envie de voir ce qu’il pourrait donner sur scène. Les Anonymes, ce sont des potes et, en plus, nous aimons vraiment ce qu’ils font (rires) ! Ils viennent de sortir un CD et c’est un peu notre manière de les soutenir. Il y a quelques années, Youssef est déjà passé par chez nous et nous avons hâte de découvrir le jeu scénique issu de son nouvel album. Nous affectionnons également le show bien carré de K-otik & Pako. Puis, le 100 crew, c’est un petit peu le « crew de la maison » parce qu’un des membres de YO DUBSTA en fait partie ! 

Quatremille : Pour terminer 3 mots qui nous donneront envie de venir ? 

L & A : « Surprise », parce que nous vous en réservons quelques-unes ! « Claque », parce que certaines découvertes en surprendront plus d’un, et « ardent » ! 

Photographies © Guillaume Durand

Photographie © Groundprod

Photographie © Soke

On like, on partage et on jette un oeil à la page Facebook de Yo Dubsta

Commentaires

commentaires