SEBASTIEN HOGGE: BLUES, JAZZ, FUNK & FINGER PICKING

Photographies © Francis Pizziferri 
Interview > Tom Foguenne
Rédaction > Eugénie Baharloo

 

 

 

Quatremille a rencontré le guitariste liégeois Sébastien Hogge qui nous parle de ses influences musicales, de ses projets, de blues, de funk, de jazz et de finger picking !

 

 

 

Quatremille : « Comment définirais-tu ton/tes projet(s) artistique(s) avec les R’tardataires et en solo ? »

Sébastien Hogge : « J’ai un projet solo avec lequel je viens de sortir mon premier album « Consortium » à la brasserie Sauvenière en juillet 2016, un album que j’ai réalisé en autoproduction et sur lequel il me tenait à cœur de collaborer avec plusieurs musiciens que j’affectionnais particulièrement.
Ce projet est donc un mélange entre mes premiers amours musicaux du blues, mes études de jazz au niveau de l’harmonie, la place importante accordée à l’improvisation et le funk au niveau de la main droite.
Je joue également dans le groupe « Les R’tardataires » depuis 2013, avec qui on a sortis deux albums. On continue à tourner pour le deuxième « Rien ne sert de courir ». »

 

Quatremille : « Dans ta bio, on apprend que ta plus grande influence est Stevie Ray Vaughan. Pourquoi lui plus particulièrement ? »

Sébastien Hogge : « Oui, Stevie Ray Vaughan est, et restera toujours, le guitariste dont je me suis le plus imprégné. Même quand je joue un autre style, je pense que cette influence se fait clairement ressentir.
Je suis tombé sous le charme de son style de guitare quand j’avais 14 ans, j’ai d’ailleurs passé les quelques années qui ont suivi en étudiant chaque solo minutieusement.

Mais après quelques années je me suis dit qu’il fallait que j’approfondisse d’autres univers pour rendre mon jeu de guitare plus original et je me suis tourné vers les études de jazz et la technique du finger-picking pour lier tout ça.
Je garde l’influence de ces années dans le jazz plus au niveau de ma manière de composer et aussi la place de l’improvisation au niveau de la construction d’un solo. »

 

Quatremille : « Es-tu également influencé par certains musiciens contemporains ?

Sébastien Hogge : « Oui bien sûr, tout est bon à prendre j’écoute aussi bien Pharrell que les Artic Monkeys et pas mal de Hip Hop Us. Dernièrement, j’ai découvert Anderson pack, un rappeur américain dont les arrangements me surprennent assez bien.
J’écoute pas mal de jazz actuel, beaucoup de chanteuses comme Gretchen Parlato ou Esperanza Spaulding. »

 

Quatremille : « Apparemment tu donnes des cours de « finger picking ». Pourrais-tu expliquer en quoi consiste cette technique ? »

Sébastien Hogge : « La technique du finger picking est une manière de faire sonner la guitare en détachant la basse de la mélodie pour créer deux voix. Cela permet de rajouter les percussions à l’aide de la caisse de résonance et des différents sons qu’on peut obtenir en tapant à certains endroits de la guitare. Cet instrument est aussi une sorte de batterie, personnellement je trouve cette approche vraiment intéressante et sans limite. Dans mon projet solo, je mélange le picking avec des rythmiques funky et des harmonies Jazz. »

 

Quatremille : « Comment définirais-tu la scène musicale liégeoise ? Quel rôle cette ville a-t-elle joué dans ton parcours artistique (tremplins/freins) ? »

Sébastien Hogge : « Il y a vraiment beaucoup de musiciens à Liège, c’est une ville avec un fort potentiel artistique. »

 

Quatremille : « Quelles sont tes prochaines actualités ? »

Sébastien Hogge : « J’ai pas mal de concerts prévus, pour 2018 notamment. Gand et Namur. Nous allons jouer au Up festival à la caserne Fonck avec mon Quartet, le 1 avril, et je vais jouer en solo au foyer culturel de Chénée le 11 Mai.
Mon but est maintenant d’aller tourner à l’étranger ; j’ai pour objectif de commencer par l’Allemagne et la Hollande
J’ai aussi un endossement avec la marque de guitare slovène Dowina et je compte donc démarcher là-bas, j’ai vraiment ce besoin de m’expatrier.

Je suis également en train de travailler sur un deuxième album, je peux déjà dire qu’il y aura plus de guitares électriques que sur le premier et pas mal de surprises ! Ça prend tout doucement forme…»

 

 

On like, on partage et on jette un oeil au site de Sébastien Hogge ainsi qu’à sa page facebook !