THE PUPPETMASTAZ: KEEP YO ANIMAL

Photographies © Gilles Charlier
Chronique > Tom Foguenne

 

 

 

Il y a peu Quatremille s’est rendu au concert de Puppetmastaz au Reflektor! Voici notre compte-rendu!

 

 

 

 

 

LA CHRONIQUE DE TOM FOGUENNE

 

 

 

 

 

Ce mercredi 29 mars, The Puppetmastaz étaient de retour à Liège pour présenter leur dernier album Keep Yo Animal. Pendant presque deux heures, les MC’s de la formation berlinoise se sont partagé la scène du Reflektor, dissimulés derrière des marionnettes de crapauds, lapins et autres créatures loufoques aux dégaines de lascars. À l’heure du Brexit et de l’imprimante 3D, la joyeuse bande nous rappelle l’essentiel : garder notre instinct animal.

Menés par Mr. Maloke, la taupe la plus badass du Game, les poupées en survêt nous livrent peu à peu leur nouveau bijou, entrecoupé par les classiques ayant donnés au groupe ses lettres de noblesse. L’interprétation est bluffante. On en oublierait presque la présence des marionnettistes, tant leur prouesse technique insuffle de la vie à la gestuelle des pantins.

Niveau rap, ça kick dans tous les sens. Mention spéciale à Tango Troublemaker, l’oiseau bleu aux lunettes, dont le flow rebondit énergiquement dans une parfaite harmonie avec le beat. À cela, s’ajoutent des scènes absolument improbables en guise d’interludes, dans lesquelles nous (re)découvrons le haut degré de folie des Mastaz.

À mi-concert, les marionnettes invoquent leurs substituts humains. Coiffés de perruques, histoire de maintenir le mystère, les rappeurs s’emparent de la scène et du public. Ce dernier s’agite dans une transe collective. L’image est belle : du bétail réclamant du hip-hop comme seule pitance. Nous nous quittons sur le refrain enjoué de Puppetmad, faisant naître prématurément la nostalgie d’un moment déjà achevé. Merci à eux, ils ne nous ont pas loupés, c’était la jungle.

Pour se remettre dans l’ambiance !

     

     

     

     

     

 

On like, on partage et on jette un oeil à la page de Puppetmastaz et si vous ne les connaissez pas encore voici leur page Wikipedia !