UNE PLASTICIENNE DEBUTANTE VOUS LIVRE SON HUMBLE AVIS SUR CE QU’IL EST COMMUN DE FAIRE DANS LE METIER!

Article : Sarah Minutillo / Rédaction : Cécile Botton

 

J’entame ma dernière année de master en peinture à l’ESAVL-ARBAL (École Supérieure des Arts de la Ville de Liège). Peu à peu, j’essaie de comprendre et d’intégrer le monde professionnel auquel je serai bientôt confrontée.

La clef du métier n’est-elle pas d’observer, d’emmagasiner les images, d’ouvrir aussi bien les yeux que son esprit ? Alors, depuis quelques temps, je me tiens au courant et prends le temps de visiter diverses expositions d’art contemporain ou ancien. En effet, partir à la rencontre d’artistes, discuter avec eux, c’est non seulement découvrir leur travail mais également une manière de se faire connaître. Et oui, le monde de l’art n’échappe pas à cette règle ! C’est à force et usure que les visages deviennent familiers et les contacts plus aisés.

J’ai également la chance de travailler bénévolement dans un centre d’art contemporain où j’accueille les visiteurs, leur explique l’exposition, la démarche de l’artiste, … Je réponds aussi à leurs questions et je discute avec eux s’ils en ont envie.  C’est une autre manière d’entrer en contact avec les artistes, de connaître leur travail, d’appréhender leur façon d’en parler.

Toutes ces rencontres amènent d’autres occasions de développer des collaborations,  d’exposer ensemble et puis seule.

À Liège, il existe pas mal d’endroits où l’on peut approcher les artistes et leurs œuvres. En voici quelques-uns : les centres d’art contemporain Espace 251 Nord et la Châtaigneraie, les RAVI, la SPACE collection qui propose des vernissages aussi intéressants que festifs et sympathiques, la magnifique galerie NADJA VILENNE, la jeune et pétillante galerie CDLT., la galerie RATURE située au-dessus du Kultura en Roture, la galerie QUAI 4, l’espace galerie FLUX, les BRASSEURS, la GALERIE CENTRALE, la galerie de la société libre d’EMULATION, la galerie tenue par l’ESVAL-ARBAL et la ville de Liège : CERCLE DES BEAUX-ARTS, le HANGARD, la galerie des Drapiers, la fondation privée Les Amis de Roger Jacob, le MADmusée, et j’en passe…

Pour s’intégrer petit à petit dans le milieu, ce qui précède ne suffit pas. Je pense qu’il est important d’être sincère avec soi-même et son travail tout en restant ouvert sur le monde. De manière pragmatique, créer un dossier où l’on explique son cheminement en l’illustrant de photos et en y glisser son CV permettra de participer à différents concours et de partir à la recherche de résidences d’artistes tant à Liège qu’en Belgique ou à l’étranger.

A l’heure du numérique, les réseaux sociaux offrent pas mal d’opportunités. Avec Facebook, le monde est un village ! Il permet d’être au courant de la quasi-totalité des expositions et événements qui se déroulent à Liège mais aussi aux quatre coins de la planète ! Faute d’avoir un site personnel ou en complément à celui-ci, Instagram est souvent utilisé comme une plate-forme permettant de promouvoir son travail. Sur internet, les sources d’inspiration sont intarissables. Par ailleurs, je trouve l’entraide primordiale, alors j’aime partager mes pistons, les appels à projets ou autres candidatures pour les différents concours qui circulent.

Pour ne pas conclure, osez aller de l’avant, gardez un esprit ouvert et curieux, sortez, visitez, rencontrez, parlez, collaborez… Et puis, un dernier petit conseil, soyez toujours vrai dans tout ce que vous présentez ! La sincérité paie toujours !

 

Résidence de S. Minutillo à la Cldt Gallery © Cldt Gallery, Marine Candova

Un parfum qui sente bon l’amande a mer ?
Publication éditée par Mermermer / Auteurs : Bruce Formanoie, Mikail Koçak, Sophie Maupetit, Sarah Minutillo
© Cdlt Gallery, Marine Candova

Vernissage de l’exposition « Un parfum qui sente bon l’amande a mer? », à la galerie Cdlt © Hamid Nafil

© Space Collection

Mon atelier © Sarah Minutillo

 

 

Commentaires

commentaires