PHILIPPE DEBONGNIE : UN ALBUM DE FAMILLE HORS DU COMMUN

Photographies © Philippe Debongnie
Chronique > Elena Diouf

 

 

 

 

 

Quatremille s’est récemment intéressé au nouveau projet de Philippe Debongnie, « My Family Album », à découvrir jusqu’au 1er juillet chez Wattitude! Nous vous livrons la chronique d’Elena Diouf pour en apprendre un peu plus.

 

 

 

 

 

LA CHRONIQUE D’ELENA DIOUF

 

 

 

 

 

Si le terme « storytelling» ne vous dit peut-être pas grand-chose, vous allez vite découvrir de quoi il s’agit. Cet art de raconter les histoires, c’est exactement ce que Philippe Debongnie, jeune artiste bruxellois amateur de jazz, a décidé de rendre visuel.

« My family album », c’est son tout nouveau projet reprenant, comme son nom l’indique, un ensemble de portraits de famille encadrés! Mais d’où vient cette idée ? Il faut remonter dans le temps, lorsque Philippe Debongnie retrouve un ancien album photo dans le grenier de ses parents. Il explique : « En elles-mêmes, ces images sont déjà magnifiques, elles représentent une époque, elles sont datées, marquées, abîmées par le temps ce qui les rend troublantes et très parlantes. Les gens photographiés semblent nous parler au travers des âges. Ils sont tellement figés, droits, ils nous regardent presque toujours dans les yeux. J’avais envie de travailler avec cette présence, d’y amener mon univers, mon interprétation, ma sensibilité. »

Son objectif est double. Dune part, troubler, questionner le public à travers les motifs, les couleurs et les têtes animales. Dautre part, faire parler ses images, de la différence, ou encore de la singularité qui est propre à chacun dentre nous. Et cest chose faite puisque son style ne manque certainement pas de qualificatifs : animal, coloré, quelque fois fleuri ou géométrique, figé, hybride, troublant voire parfois inquiétant ? Sur fond de vieilles photos de famille, ce travail minutieux confère au projet toute sa dimension tant personnelle quuniverselle puisque chacun construit lhistoire qui linspire ou reconstruit celle quil a déjà vécue.

Après le River Jazz en janvier et le Truc Troc en février, ce tout nouveau projet investit le cœur de la Cité Ardente chez Wattitude du 5 mai au 1er juillet 2017. Et si vous vous demandez toujours « Pourquoi des têtes d’animaux ? », filez vite découvrir cette expo pour tenter de vous faire votre propre idée !

 

 

 

 

 

Quelques photos pour se mettre dans l’ambiance!

 

 

 

 

 

On like, on partage, et on jette un œil au site de Philippe Debongnie et à sa page Facebook!