NOT SOFAR FROM HOME

Photographies © Sofar
Chronique > Nastasja Ca

 

 

 

 

Quatremille s’est rendu à l’événement « secret » Sofar qui s’est déroulé en Neuvice à Liège en présence d’artistes comme Aprile, Axel Flóvent et Ora ! Voici notre compte rendu !

 

 

 

 

 

LA CHRONIQUE DE NASTASJA CA

 

 

 

 

Samedi soir, je devais être entre 19h15 et 19h45 au 54, en Neuvice. Même si je suis passée un nombre incalculable de fois dans cette rue typique, désormais carrément branchée de la cité ardente, je ne savais évidemment pas où se trouvait le numéro 54. Du coup, je cherche. Et là, je vois un semblant de file devant cette église. Oui, vous savez, l’église à côté du magasin de thé. Porte dissimulée qui passe inaperçue. Bref, il y a cette petite blonde à l’entrée, avec la liste des invités en main. Je suis sur la liste. Merveilleux. Et je rentre, pour la première fois de ma vie dans l’église Sainte- Catherine. Dieu a ouvert ses portes. L’autel est devenu scène, les instruments gisent sur le sol. Pour sa troisième édition à Liège, le Sofar a pris place dans un lieu pour le moins inhabituel.

Le Sofar ? Alors, le concept n’est pas révolutionnaire, il s’agit de faire des concerts chez des particuliers, à l’intérieur des chaumières, bien au chaud, bien cosy, bien entouré. Le Sofar est né en 2010 quand deux potes rentrent d’un concert où cette fan (ou ce…) ultra lourdingue a tenté de fredonner les paroles des chansons, en anglais. Peine perdue. Ce concert qui s’annonçait mémorable fut un fiasco. Et voilà : le Sofar était né. Les deux amis ont commencé à organiser des concerts secrets, chez des particuliers, avec un public trié sur le volet, des amateurs de découvertes musicales qui arrivent à l’heure, écoutent les oreilles grandes ouvertes, restent jusqu’au bout, applaudissent quand il faut. Tout ça en vue de respecter l’artiste et de profiter du concert. Entreprise louable.

Une copine m’avait invitée à un Sofar dans la capitale. J’ai trouvé le concept plutôt excitant. Un lieu secret, des artistes secrets, des spectateurs secrets. J’aimais encore bien le mystère qui planait. Donc, je me suis inscrite à celui de Liège et j’ai attendu. Le lieu, dévoilé la veille du concert, les artistes découverts une fois sur place. Et cette fois, il y a en a eu trois : Aprile, Axel Flóvent et Ora qui, pour ne rien gâcher, se sont dandinés dans cette église insoupçonnée aux murs décrépis.

Aprile, c’est Nicolas Donnay, notre jeune compatriote, guitariste autodidacte. Nos pieds battent gentiment la mesure sur les airs de Cheap Chick, son premier EP. La guitare était mal accordée mais les rythmes pop et guillerets ont empli la demeure de God. J’ai préféré le second qui en est déjà à son cinquième Sofar, Axel Flóvent, un Islandais d’Húsavik à la belle prestance, bien droit, avec comme seules armes: sa guitare acoustique (et ses chaussettes pleines de poissons, pour un premier avril, c’est bien joué) et sa voix de chanteur folk. On pense un peu à The Bony King of Nowhere. Pour le dernier concert, c’est la bande d’O.R.A., un groupe rock de la capitale (et un membre de la cité ardente), qui s’installe devant l’autel. Premier concert, chanteur malade, conditions acoustiques non optimales, le concert risque d’être chaotique. Mais, ils s’en sortent encore bien, Radiohead en filigranes.

Disséminée dans 331 villes aux quatre coins du globe, la communauté Sofar est donc revenue au cœur de la cité ardente. Benoît Lizen, Gaëtan Streel étaient, entre autres, les guests des éditions précédentes. Si l’envie de peupler votre salon le temps d’une soirée vous botte, n’hésitez pas à accueillir cette joyeuse initiative. Seuls quelques sous dans le chapeau seront espérés…

 

 

On like, on partage et on jette un oeil au site de Sofar ainsi qu’aux pages de Aprile, Axel Flóvent et O.R.A. !

Commentaires

commentaires