MATTEO VALLICELLI : HALLUCINATIONS SYNTHÉTIQUES

Photographies © Maxime Lenglois
Chronique > Vincent Abieri

 

 

 

 

 

Il y a peu Quatremille s’est rendu au concert de Matteo Vallicelli au KulturA! Voici notre compte-rendu!

 

 

 

 

 

LA CHRONIQUE DE VINCENT ABIERI 

 

 

 

 

 

La soirée est déjà bien entamée lorsque Matteo Vallicelli fait son apparition sur la scène obscure de la petite salle du KulturA. Succédant au DJ Arthur Johnson, l’italien prend doucement mais sûrement son élan afin de se plonger dans les abîmes d’une mystérieuse musique qu’il a récemment conçue. Issu du groupe Soft Moon, Matteo Vallicelli a troqué sa batterie pour s’isoler derrière ses machines et s’offrir une escapade en solitaire à travers son premier album, le bien nommé « Primo ». Silencieux et impassible, le musicien parvient progressivement à capter l’attention du public en déversant des sons résolument sombres, installant un étrange climat sur une piste où se pressent bientôt de nouveaux spectateurs, intrigués par les entêtantes mélodies du maestro. Tandis que les uns voguent au rythme des couches électroniques, effectuant une sorte de ballet cosmique, les autres choisissent de demeurer fixes, faisant fi de ce qui les entoure pour mieux s’imprégner de cette musique céleste où l’on entend raisonner des voix tantôt angéliques, tantôt angoissantes. Nous voilà naviguant à travers des sphères galactiques où la vie et la mort semblent ne plus vouloir rien signifier. Chaque partie du concert constitue une excursion à travers des couloirs interstellaires sans fin, aux lumières chatoyantes, où nous errons indéfiniment à la recherche de nous-mêmes. Il est en effet question d’une quête mystique portée par des arpèges hypnotiques qui constituent une invitation à pénétrer dans les dédales d’un futur lointain mais incroyablement proche où des visions de bonheur et de cauchemar s’entremêlent. Cependant, il convient d’insister sur le fait que c’est bien par la pureté et la sobriété de sa technique que Matteo Vallicelli amène une incroyable surcharge émotionnelle. En l’espace d’une soirée, l’Italien a parfaitement su restituer l’atmosphère unique de son premier effort studio à travers une étonnante performance, comblant ainsi les férus de musique planante mais également un public plus large venu vivre de nouvelles expériences musicales insolites.

 

 

 

 

 

Un peu de musique et quelques photos pour se remettre dans l’ambiance:

           

 

 

 

 

 

On like, on partage et on jette un oeil à la page de Matteo Vallicelli!