MARIE DOUTREPONT NOUS PARLE DES HIVERNALES DE LA DANSE #6

Interview > Rachel Thonart Nardellotto / Photographies © Les Hivernales de la Danse

Quatremille a retrouvé Marie Doutrepont, initiatrice du gala Les Hivernales de la Danse afin d’en apprendre plus sur sa prochaine édition !

Quatremille : Bonjour Marie ! Nous te retrouvons pour parler de la sixième édition des Hivernales de la Danse. Pourrais-tu rappeler en quoi consiste ce projet, ton projet, en quelques mots ?

Marie Doutrepont : L’idée première est de rassembler, à Liège, une quinzaine de danseurs Etoiles des plus prestigieuses compagnies du monde et de composer, avec leur aide, un programme accessible à tous qui regroupe aussi bien des grands classiques que des créations contemporaines actuelles.

Quatremille : Comment décrirais-tu l’univers de ce gala en un paradoxe fort ?

Marie Doutrepont : En un paradoxe fort, c’est un peu compliqué ! Rien ne me vient à l’esprit directement… Alors je dirais tout simplement qu’il est grand temps de redécouvrir la Danse avec un grand D et d’arrêter de croire que les grands classiques sont plein de poussière… La danse évolue, la danse se renouvelle et ce gala est là pour le prouver !

Quatremille : Quelles sont les forces de ce projet ? Qu’est-ce qui, selon toi, l’a porté jusqu’à cette sixième édition ?

Marie Doutrepont : La Danse est universelle, elle fait rêver, elle rassemble, elle intrigue, elle fascine et elle se fait très rare en Belgique… C’est donc assez naturellement que le bouche à oreille a fait son travail ! La particularité des Hivernales est surtout la composition de son programme. Le public liégeois est exigeant, je dois chaque année tenter de titiller sa curiosité, sans jamais aller trop loin. J’essaie de bien écouter les retours, de sonder les préférences de styles, de chercher des chorégraphies qui peuvent plaire à tous, tout en n’oubliant pas que Le Lac des Cygnes est indétrônable et indémodable. Au fur et à mesure que les danseurs me confirment leur participation, j’ajoute les chorégraphies que nous avons choisies au programme. Je peux dès lors avoir une idée d’ensemble et décider, une fois le noyau de base établi, quels danseurs je vais encore inviter afin de compléter le planning avec des pièces d’un style qui n’est pas encore représenté, ou qui propose une émotion différente. Il en résulte un programme qui plait aux jeunes comme aux moins jeunes et au femmes autant qu’aux hommes… Et, ça, c’est une vraie victoire !

Quatremille : En quoi ce festival a-t-il évolué depuis l’an passé, voire depuis sa création ?

Marie Doutrepont : Depuis la création des Hivernales, c’est plutôt en interne que les choses ont évolué : plus d’organisation et de professionnalisme, moins d’imprévus, plus de détails pris en considération, plus de rigueur, et puis une connaissance de « la machine » sur le bout des doigts. Depuis 6 ans, il y en a eu des imprévus ! Du danseur blessé à l’avion détourné, de l’année noire des attentats où nous étions sur le « qui vive », à la panne de chauffage en plein mois de novembre… J’ai appris à relativiser, à ne pas monter dans les tours en une fraction de seconde et à prendre chaque problème comme il vient.

Chaque année est différente par le choix des danseurs et la force que le groupe va réussir à dégager, et ça, on ne peut s’en apercevoir que sur scène : le jour même. C’est un chalenge chaque année pour moi, c’est très excitant et complexe à la fois. Il faut faire confiance à son instinct, à ses convictions, et laisser la magie opérer !

Quatremille : Comment le public accueille-t-il ce projet ? Est-ce que tu constates une évolution de ces regards extérieurs ?

Marie Doutrepont : Depuis le premier jour, le public est au rendez-vous et heureusement d’ailleurs car, sans lui, pas de gala ! Même si l’être humain est de nature sceptique, il est conquis une fois que les danseurs opèrent sur scène. Le challenge de base était de faire venir ce public mais je sais maintenant que, une fois qu’il est venu, il a envie de revenir l’année suivante ! Lors de la première édition, j’ai été submergée de témoignages dès la fin de la première représentation, c’était fou ! Il m’a fallu des semaines pour répondre à tout le monde. Quelle belle surprise ! C’est à ce moment précis que j’ai réalisé à quel point je ne m’étais pas trompée.

Quatremille : D’un point de vue pratique, où peut-on se procurer des places pour les Hivernales ? Et jusqu’à quand ?

Marie Doutrepont : Sur le site internet www.leshivernales.be ou au 070 660 601, ainsi que dans les points de vente TicketmasterIl est encore possible d’acheter les dernières places au Manège (Caserne Fonck) le jour du gala (samedi soir Gala à 20h30, dimanche à 15h). Il est également proposé d’assister à l’entraînement des danseurs le dimanche avant le gala ! Cela coûte seulement 15€, en plus de votre place. C’est un moment privilégié au cours duquel on peut découvrir le quotidien des danseurs, face à eux-mêmes, façonnants leurs corps pour toujours tenter de se rapprocher au plus de la perfection.

Quatremille : Comment imagines-tu l’avenir de ce projet ? Quelles sont tes attentes ?

Marie Doutrepont : Oh ! Dans mon esprit, tout est possible ! Le rêve serait de pouvoir m’offrir une assistante afin de me décharger de certaines tâches, car je suis seule pour mener ce projet… Dans une structure « normale », on devrait facilement être 3 ou 4 afin de chacun gérer des postes différents. J’aimerais aussi pouvoir générer un bénéfice qui pourrait servir à financer le parcours d’élèves talentueux via une bourse d’étude. Et, pourquoi pas emmener les Hivernales en tournée, organiser un concours de danse avant le gala, étendre les Hivernales sur une semaine entière de projets et spectacles divers… Bref, tout est possible et les idées ne manquent pas ! Pour en réaliser l’une ou l’autre, l’ASBL a besoin de nouveaux partenaires, de subsides, de mécènes, en somme d’un peu (et pourquoi pas beaucoup) de sous ! Si vous avez des filons, je suis toute ouïe (rires) !

Quatremille : As-tu quelque chose à ajouter ?

Marie Doutrepont : Il est grand temps de rallumer les Etoiles… !

Quatremille : Un grand merci Marie et à bientôt !

 

LES HIVERNALES EN QUELQUES IMAGES

 

Commentaires

commentaires