Collectif, Hip-Hop, Interview, Liège, Rap, Soirées

LES SOIRÉES HIP-HOP PAR URBAN ARDENT

LES SOIRÉES HIP-HOP PAR URBAN ARDENT

Interview : Margaux Dejardin / Photographies : Ashton Gnaba / Header : Florian Schynts / Vidéo : montage ; Xavier Lamotte, cadreur ; Ashton Gnaba, musique ; Xavier Lamotte

Crées en collaboration avec Nectar ASBL, par le groupe Indocile et La Cabane Collectif, les soirées Urban Ardent sont devenues LES soirées hip-hop de Liège à ne pas manquer. Quatremille a rencontré Jerry, membre du groupe Indocile. Ce dernier a répondu à nos questions sur ce concept.

Quatremille : Quelle est ta punchline ?

Jerry : « Il faut mettre du cœur dans ce que l’on fait. »

Q : Peux-tu m’expliquer le concept des soirées URBAN ARDENT ?

J : Il s’agit d’un événement hip-hop qui se déroule au Kultura et qui rassemble des artistes belges provenant des quatre coins du pays. Lors de ces soirées, il y a deux prestations live, des DJ sets et de temps en temps du live painting. Nous avons aussi la volonté de rendre nos événements accessibles à tous, d’où le prix de 5 euros l’entrée.

Q : D’où vous est venue cette idée de soirées ?

J : Avant les soirées URBAN ARDENT, il n’y avait pas beaucoup de réunions hip-hop à Liège. A l’époque, avec mon groupe, nous organisions nos propres concerts et de temps en temps, nous invitions d’autres artistes. Le public comme les artistes aimaient découvrir d’autres groupes sur un même lieu. Alors, il y a plus ou moins 5 ans, la Cabane Collectif et Indocile ont décidé de les mettre sur pied.

Q : Comment trouvez-vous les artistes ?

J : Certains artistes nous contactent directement via notre boite mail ou Facebook pour se produire lors d’une de nos soirées. Nous travaillons aussi avec une agence de booking. Sinon, de manière générale, nous trouvons les artistes en fonction de leurs actualités : sortie d’un clip, d’un album, … Nous ne cherchons pas spécialement des artistes qui font le buzz, mais nous proposons plutôt des affiches qui favorisent les découvertes, les nouveautés.

Q : Que représente Liège pour vous ? Pourquoi y rester ?

J : C’est notre ville, c’est là que nous sommes nés. Nous voulons la voir bouger car elle possède un vivier d’artistes à promouvoir. Lorsque nous avons commencé à faire des concerts, c’était difficile de trouver des salles car les propriétaires étaient réticents à l’idée d’organiser des soirées hip-hop. Créer les soirées URBAN ARDENT, c’était une manière de faire bouger notre ville et de mettre des artistes liégeois en avant !

Q : Qu’est-ce qui vous différencie des autres soirées ?

J : Je pense que c’est notre programmation assez éclectique. Ensuite, le Kultura, situé dans le cœur culturel d’Outremeuse, joue beaucoup. Et puis le prix ! Nous sommes une des rares soirées à proposer un tel rapport qualité/prix. Lors de chaque événement, il y a deux concerts live et des DJ sets : un DJ résident et des invités aux styles assez particuliers. C’est en quelque sorte une scène de découvertes. Il y a beaucoup d’artistes qui sont passés chez nous il y a quelques années et qui ont été révélés par la suite. Je pense notamment à Jean Jass, Roméo Elvis, l’Or du Commun, …  

Q : Pourquoi le Kultura ?

J : Au départ, nos soirées se déroulaient au Hangar. Nous avons changé de lieu car celui-ci devenait trop petit. Nous avons donc accepté la proposition du Kultura qui offre davantage de place. En plus, les deux salles nous permettent de créer des ambiances différentes.

Nous en profitons pour remercier le Hangar de nous avoir fait confiance et de nous avoir aidés à nos débuts.

Q : Avez-vous d’autres projets en cours ? Et voulez-vous exporter le concept « URBAN ARDENT » dans une autre ville ?

J : Depuis un an et demi, nous avons lancé le projet des soirées Glc (GREEN LABEL CLUB) Vs La Cabane. Le concept est une programmation avec des DJs qui se déroule au Kultura. Pour ce qui est d’exporter les soirées Urban Ardent, nous ne sommes pas fermés à l’idée. Cependant, nous ne l’envisageons pas pour le moment car ça nous demanderait beaucoup trop de travail.

Q : Quelques mots sur le groupe Indocile et la Cabane Collectif ?

J : Indocile, c’est un groupe de potes d’enfance qui vient du quartier de Sclessin. Il y a une vingtaine d’années que nous nous connaissons et nous avons créé le groupe en 2005. Après des débuts difficiles, nous avons commencé à rencontrer des gens, à faire des démos, des concerts. Il y a 5 ou 6 ans, nous avons décidé d’organiser des concerts. Nous avons dès lors créé Nectar ASBL qui sert à gérer les événements qu’on organise tels que les soirées URBAN ARDENT. Notre travail porte principalement sur la musique.

Quant à LA CABANE COLLECTIF qui existe depuis 8 ans, il propose un travail multidisciplinaire avec des graphistes, des peintres, des vidéastes, des photographes, …  Par ailleurs, pas mal de leurs travaux sont présents dans Liège comme certaines fresques.

Q : Une dernière question, le hip-hop en un mot/ une phrase…

J : Un mot : subversif … Une phrase : Aie ton propre style et raconte ce que tu as à dire !

Les dates à noter dans ton agenda ! Le 14 septembre, un événement ultra hot avec des artistes tels que DVTCH NORRIS et Cyra Gwynth,  le 9 novembre avec en tête d’affiche Seyté du groupe La Smala !!

Et puis, attends-toi à des affiches de dingues en 2019 !

      

Commentaires

commentaires

You may also like
QUAND LIÈGE TOURNE AU RYTHME DU FIFCL
Festival International du Film de Comédie de Liège, Liège
QUAND LIÈGE TOURNE AU RYTHME DU FIFCL
13 novembre 2018
JÉRÔME MARDAGA, ENTRE ENVOLÉE LANCINANTE ET ÉRUPTION VOLCANIQUE
Artiste, Chronique, Concert, Interview, Liège, Musique, reflektor
JÉRÔME MARDAGA, ENTRE ENVOLÉE LANCINANTE ET ÉRUPTION VOLCANIQUE
13 novembre 2018
LE DEB FEST’, UNE HISTOIRE QUI POURRAIT DURER
Chronique, Festival, Liège
LE DEB FEST’, UNE HISTOIRE QUI POURRAIT DURER
12 novembre 2018

X