LES FASCINATEURS

Photographies © JS Photography
Interview > Amélie Jacques-Houssa

 

 

Quatremille a rencontré Les Fascinateurs, ils nous transportent dans l’art de l’hypnose. Nous vous livrons l’interview d’Amélie Jacques-Houssa !

 

 

Quatremille : « Quelle est votre punchline, votre crédo ? »

Les fascinateurs : « Notre spectacle s’intitule « Voyage au cœur de l’Alpha », ce qui correspond à la longueur d’onde cérébrale quand on entre en hypnose. Alors… Venez découvrir la puissance de votre imagination et laissez-vous guider par « Les Fascinateurs » pour un voyage atypique au cœur de l’Alpha. »

 

Quatremille : « Comment définiriez-vous l’art de l’hypnose à des novices en la matière ? »

Les fascinateurs : « L’art de guider un volontaire dans un état modifié de conscience où les rêves et la réalité se rejoignent, que ce soit pour l’amusement, une relaxation profonde ou même pour une thérapie. »

 

Quatremille : « Pouvez-vous nous expliquer votre projet et son origine en quelques mots ? »

Les fascinateurs : « A la base, ce sont deux passionnés qui faisaient découvrir l’hypnose et ses possibilités chacun de leur côté.  Un jour, ils se sont rencontrés et sont devenus amis. Une vraie complicité qui n’est pas passée inaperçue est née. Alors, on nous a demandé d’animer des soirées privées où nous avons continué à développer cette complicité pour la plus grande joie des convives.

Le cap est franchis, « Les Fascinateurs » sont nés et à nous le rêve de salles de plus en plus nombreuses et de plus en plus grandes »

 

Quatremille : « Sur votre site, on peut trouver une charte décrivant votre démarche et vos valeurs. Vous parlez également d’un comité de déontologie. Est-ce lié à une certaine méfiance du public vis-à-vis de l’hypnose ? Que répondriez-vous aux sceptiques ? »

Les fascinateurs : « En effet, il nous arrive régulièrement de faire des petites démonstrations dans la rue. Pour cela, d’autres pratiquants peuvent se joindre à nous à condition de mettre le bien-être du volontaire au premier plan. Nous tenons à ce que cette expérience reste un merveilleux souvenir pour celui qui la tente. D’où cette charte, même s’il n’est pas possible de faire faire ou faire dire quelque chose contre la volonté du sujet.

Pour ce qui est de la méfiance, oui elle existe ! Mais celle-ci disparait très vite… dès que les gens commencent à vivre l’expérience ou quand ils ont vu d’autres la tenter et qu’ils écoutent leurs témoignages.

Quant aux sceptiques, je leur propose de venir cliquer sur j’aime de notre page Facebook et ainsi être au courant de nos activités afin de venir nous rejoindre et…. changer d’avis. »

www.facebook.com/pg/streethypnoseBelgique

 

Quatremille : « L’hypnose suscite à la fois méfiance et fascination. Comment expliquer ce paradoxe ? »

Les fascinateurs : « Méfiance car certaines personnes pensent que nous prenons possession de leur corps et de leur esprit, que nous les contrôlons totalement. Il y a aussi la peur de l’inconnu mais d’un autre côté, les effets peuvent être tellement spectaculaires, nombreux et surtout vécus par tous  qu’elle fascine. La plupart n’ont vu cela qu’à la télévision étant persuadé que les personnes sont complices, avec nous ils voient cela de très près ou vivent eux-mêmes l’expérience. »

 

Quatremille : « Quelles sont les limites de l’emprise que vous avez sur les sujets hypnotisés ? »

Les fascinateurs : « Nous n’avons aucune emprise ! Nous aidons la personne à se détendre et à laisser venir son monde de rêves où nous ne pouvons faire que des suggestions qui seront acceptées ou refusées par le volontaire. La personne est toujours consciente et garde toujours son libre arbitre et ses propres valeurs morales. C’est pour cela, que pour une session réussie, il est essentiel de rester dans le respect, la bonne humeur et le bien-être. La limite, c’est le volontaire qui la fixe. »

 

Quatremille : « Que pensez-vous du succès médiatique d’hypnotiseurs comme Messmer ? »

Les fascinateurs : « Il a peut-être quelques détracteurs dans le monde médical qui veut monopoliser cette compétence pourtant naturelle et à la portée de tous via l’autohypnose. Cependant, si on en parle de plus en plus, c’est grâce à ses shows et ses émissions de télévision qui ont permis au grand public (même si beaucoup en doute encore) de découvrir la puissance de cet outil. En effet, en dehors des spectacles, c’est un outil merveilleux et très puissant qui peut être utilisé à des fins personnelles, thérapeutiques ou non, mais aussi, leur en déplaise, pour rire et/ou passer un bon moment.»

 

Quatremille : « Avez-vous déjà traversé une mauvaise expérience au cours de votre pratique de l’hypnose ? Si oui, comment y avez-vous réagi ? » 

Les fascinateurs : « L’hypnose est un état naturel et est  vécu au quotidien par tout le monde et donc sans danger. Qui n’a jamais été « dans la lune » ou transporté dans toutes sortes d’émotions par un bon film au cinéma ? C’est du rêve et si une personne devait moins bien réagir à une suggestion (peur de l’eau si on la fait voyager en bateau par exemple), on change la suggestion. De plus, nous avons notre « Ange bleu » qui veille aussi en coulisse ou devant la scène. S’il y avait eu, ne fût-ce qu’un seul précédent, les personnes hostiles à ce genre de spectacle s’empresseraient de le mettre en évidence. »

 

Quatremille : « Sur votre site, vous parlez également de StreetHypnose : un moyen d’apprendre ou de se perfectionner à l’hypnose. Pouvez-vous nous en dire plus ? »

Les fascinateurs : « Pour nous, la StreetHypnose ou l’hypnose de rue est le meilleur moyen d’apprendre et de se perfectionner. Nous sommes plusieurs praticiens et nous partageons nos expériences et techniques tout en étant très proches du public et en restant disponibles pour répondre à toutes les questions. Beaucoup de praticiens professionnels devraient passer par là. Il ne suffit pas d’aller suivre une formation ou de connaître toutes les techniques pour être efficace. Vous pouvez étudier par cœur tous les manuels d’apprentissage de la guitare, mais une fois la guitare entre vos mains que se passe-t-il ? D’où l’importance de bien choisir la personne qui va vous guider. »

Quatremille : « Comment comptez-vous faire évoluer votre projet ? »

Les fascinateurs : « A faire rêver les gens, nous rêvons aussi tout en gardant les pieds sur terre. On voudrait faire plus de représentations publiques sans pour autant arrêter les animations privées qui ont leur charme ainsi que celles qui soutiennent des œuvres caritatives comme le « Télévie » où nous avons déjà participé plusieurs fois.

L’important pour nous, c’est aussi de nous amuser ! Nous évoluons et progressons à notre rythme…  on verra bien jusqu’où cela nous mènera.

Nous avons encore d’autres projets plus ambitieux qui demandent du temps et plus de moyens, mais il est encore un peu tôt pour en parler. »

 

Quatremille : « Quelles sont vos actualités futures et où peut-on les suivre ? »

Les fascinateurs : « Le milieu du spectacle est assez nouveau pour nous… nous fonctionnons beaucoup sur invitation et avec le bouche à oreille, ce qui est en soi une belle reconnaissance.

Pour le reste de l’actualité, on ne peut qu’inviter tous vos lecteurs à venir aimer notre page Facebook où nous publions régulièrement nos activités.

 

 

 

 

 

On like, on partage et on jette un oeil au site internet des Fascinateurs ainsi qu’à leur page Facebook !

 

Commentaires

commentaires