LES DÉVORANTES, ENTRE POÉSIE ET FRISSON.

Rédaction : Fanny Valenzano / Photos : Hans Vermeulen

Ce mardi 22 février à l’occasion du Festival de Liège, Sarah Espour nous a livré son premier spectacle « Les Dévorantes », une performance théâtrale et musicale. Un moment unique au Manège Fonck, pour un spectacle aussi dérangeant que bouleversant !

© Hans Vandermeulen

Un spectacle détonant

Tout commence par un bruit sourd. Une hache à la main, la performeuse descend le gradin empli de spectateurs, pour se rendre sur la scène. À chaque marche, l’outil cogne et retentit. « Qui n’a jamais rêvé de tuer sa mère ? », telle est la question qui résonne dans l’audience. « Les dévorantes », c’est le récit de ces femmes abîmées par la vie, de ces femmes qui ont basculé dans la destruction, de ces femmes qui ont vécu tant d’agressions que leur seule réponse possible passe par la violence. La libération par la violence ! Seulement accompagnée d’un batteur, Sarah Espour occupe la scène, incarnant tour à tour des personnages fictifs ou réels. La maltraitée, la perdue, la révoltée ou encore celle qui a tué ses enfants, celle qui a meurtri tous ces inconnus, ou tout simplement celle qui a perdu la raison. Ces récits de violence, on se les prend en pleine figure. C’est glauque, c’est gore, tout en étant beau. Des chants parfois criants accompagnent les histoires. La musique, la danse et le chant rendent ces récits poétiques. C’en est presque troublant.

© Hans Vandermeulen

Une performance remarquable

On ne peut que saluer l’interprétation et la performance musicale de la jeune artiste. Les jeux de lumière, fonds sonores et images nous plongent dans une ambiance lourde et envoûtante. C’est très particulier ! Mais, que penser de ces actes de destruction, de ces femmes, de ces histoires ? Au final, on ne sait pas trop bien quoi en penser. Tout ce qu’on peut vous dire c’est qu’on a vécu un truc. Dérangeante, bouleversante et puissante, cette performance m’a laissée perplexe et troublée. On a l’habitude d’entendre des récits sordides, un peu partout, mais au théâtre, cela prend une tout autre envergure; c’est comme si tout était plus réel ! On ne peut qu’attendre le prochain spectacle de cette performeuse aux multiples visages afin de découvrir la route sur laquelle elle choisira de nous emmener.

© Hans Vandermeulen