LE FIG. 2

Chronique : Rachel Thonart / Correction : Patrick Thonart / Photographies © Marine Rigo

Il y a peu, Quatremille s’est rendu au Fig. Le Festival Immanquable, Imprécis, Infantile, Ignorant, Introverti, Intelligent, Immature, Inculte, Irradié, Incompris, Incognito, Inopportun, Interactif, Illégitime ou encore Incroyable de Graphisme. « Pour le i, c’est toi qui choisis », une ligne de comm qui donnait déjà la couleur : une invitation à la participation, l’interaction et la création. Et, surtout, une ode à la dérision. Alors, je choisis…

Immanquable & incompris. Il était grand temps, entre la Biennale de la Photographie et la Triennale de Design, de lancer un Festival de Graphisme. En tant que passionnée du sujet (et graphiste), mon regard est des plus subjectifs : la seule idée du Fig. me rendait déjà toute chose. Les initiateurs du projet (autant les citer : Loraine Furter et les studios PLMD – Please Let Me Design et Signes du Quotidien) auraient pu se cantonner à une pancarte « On va enfin parler de graphisme à Liège » et j’aurais déjà salué l’élan. Mais, heureusement pour le reste de la population, ils ont été plus loin ! Sur quatre jours, ils nous ont concocté un joyeux mélange de projections, d’expos, de workshops, de tables rondes et de conférences de qualité.

Introverti & incognito. Paradoxalement, le festival était ouvert sur le monde – accueillant une volée de graphistes et studios internationaux – et sur divers sujets et techniques – de la typographie manuelle aux logiciels Open Source, de l’origine du graphisme au travail de l’affiche animée contemporaine – mais ne semblait s’adresser qu’à un public de relatifs initiés. Une question de taille reste donc à régler : comment proposer un événement aussi pointu, tout en réussissant à toucher et à le rendre accessible à un plus large public ? Les questions abordées et amenées lors du Fig. gagneraient à être discutées et prises en considération par le plus grand nombre : la place de la communication visuelle, celle des femmes, des hommes, des artistes, la liberté, l’excellence, la vulgarisation,… et j’en passe. En attendant la réponse, je vous invite toutes et tous à pousser la porte du Fig. 3. Venez et, si besoin est, questionnez !

Interactif & Irradié. Celles et ceux que la passion et/ou la curiosité ont amenés à participer à cette seconde édition ont eu la chance de se rencontrer. Vraiment. La beauté du lieu (la galerie Les Brasseurs Art Contemporain) et l’accueil chaleureux des Gentils Organisateurs ont créé un réel espace d’interaction. Personnellement, je me sens enrichie par les différents échanges que j’ai pu avoir lors du festival, tant avec les intervenants qu’avec les autres visiteurs. C’est ici qu’intervient « l’irradiation » : autour du noyau Fig. peut (doit ?) désormais commencer à se propager une réflexion, un dialogue et un réseau. Et c’est beau !

Infini. Je pourrai encore rédiger des dizaines et des dizaines de lignes sur le sujet… Et, au risque de perdre votre attention, je vous invite plutôt à vous renseigner sur les propositions de ce Fig. 2, sur leur site, puis de venir au Fig. 3, surtout. On se retrouve là-bas !