L’ATTAQUE DES MOTS

Rédaction et photos : Naomi Bussaglia

Située à la Cité Miroir, la bibliothèque des Territoires de la Mémoire propose actuellement une exposition sur la Poésie Insoumise. Visible jusqu’au 7 avril, elle présente le travail de deux ateliers ainsi que l’art des poètes de rue.

Sans réel chemin à suivre, c’est selon nos envies que l’on découvre l’exposition. Les affiches colorées et les photos présentes sur les deux grands murs blancs opposés sont légion. C’est déjà là un attentat en soi.

On resterait bien là à lire et à se perdre parmi les textes. Rêves de changement, de retournements, mais surtout d’un avenir plus beau. Et puis certains mots doux de temps en temps nous permettent de respirer. Certaines paroles d’amour et d’espoir brisent l’ambiance de révolution qu’instaurent certaines images et certains textes.

« La Poésie insoumise est l’expression cinglante d’une désobéissance à un acte, à un événement, à un quelque chose qui nous indigne, nous nie, nous met en rage, elle est la marque d’une volonté de changer la société. » Les mots qui nous accueillent à l’entrée de l’exposition frappent fort. Exposition qui parait minime, presqu’insignifiante, et pourtant ! Dans une seule pièce règnent les milliers de mots de dizaines de personnes. Poésie en vers, ou pas, celle – insoumise – présentée ici mettra la plupart des visiteurs d’accord. Qu’elle parle d’amour, de politique ou de la rue, la poésie affichée sur ces murs appelle au cœur de chacun. Révolution.

Alors qu’on la découvre sous forme de nombreux textes ou encore d’objets déposés, libres pour notre seule imagination, la poésie résonne dans la pièce. Des poèmes récités déroulent sans cesse sur un petit écran presque caché dans un coin de la pièce. Les voix parfois discrètes qui s’en émanent frappent au bon endroit et éveillent en nous des envies de poing levé.

On sort de cette exposition avec une âme de révolutionnaire. On sort de cette exposition avec une âme enchantée, amoureuse. On sort avec une âme nourrie.

Commentaires

commentaires