LA FORÊT S’INVITE AU PHILHARMONIQUE

Rédaction : Patrick Ndibwalonji Badibanga / Photos : Dominique Houcmant

Ce mercredi 30 mars 2022, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège accueillait le deuxième concert du projet Music for Trees intitulé Dans la forêt. Organisé en mémoire de Garrett List, ce périple musical traverse quatre continents. Attachez vos ceintures, nous allons décoller !

© Dominique Houcmant

Un public conquis

« Ces gens-là n’ont pas le même cerveau que nous » clame un prof de math ! Ici, nous ne parlons pas d’astrophysiciens ou de mathématiciens, mais bien de musiciens. En effet, les quelques 70 musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Liège ont livré une performance tout en finesse… Ralentis, accélérations et changements de rythmes, quelle prouesse ! En parfaite synchronisation, tous ces artistes donnent l’impression d’être en mission !

« Moi qui ne connais rien à la musique, j’ai compris ce concert » confesse un Arlonais. Admiratif face au spectacle, il promet d’être présent à la prochaine représentation. Rendre la musique accessible à tous et plus généralement celle du post-modernisme, c’est une des marques de fabrique de Music Factory. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça fonctionne. Près de 800 personnes se sont rendues à l’Orchestre Philharmonique de Liège pour découvrir ce véritable show musical. Un nom justifie une telle adhésion du public, pourtant composé de nombreux néophytes : Pierre Solot. Pianiste, comédien, conférencier, l’homme a plusieurs cordes à son arc. Ses lectures et ses explications, parfois teintées d’humour, ont sans nul doute contribué au succès du spectacle. « Cette musique est ludique, ce n’est pas comme la musique de maintenant » commente un spectateur à la sortie.

© Dominique Houcmant

Vous avez dit « spectaculaire » ?

« Parfois, il ne faut pas grand-chose pour être éloquent » rappelle Pierre en parlant de Sylvain, le joueur de hautbois. Perdu au milieu d’une multitude de violons, violoncelles, contrebasses et autres saxophones, le hautbois s’est fait une place au sein de l’orchestre. Et, quand le besoin s’en fait sentir, il sort de sa tanière tel un loup prêt à dévorer sa proie. D’ailleurs, en parlant de canidé, lors de la dernière partie du concert intitulée, Le Chaperon rouge et le loup, nous ressentons la présence d’une bête sauvage dans la salle. Enfin, en décortiquant la musique, et en utilisant le glissando et le chromatisme à merveille, Serge Rachmaninov et Ottorino Respighi nous font voyager dans des lieux peu communs. Imaginez que vous vous retrouvez au Brésil en pleine nuit tropicale et que l’instant d’après vous vous perdez dans la gueule d’un loup. Désagréable… Pas tant que ça ! Avec la musique, tout est permis : mésaventures rocambolesques, petite sieste sous un séquoia californien d’environ 3000 ans, bal organisé à la cour de Louis XIV ou encore petite balade en Palestine, … Sans oublier la présence de personnages mythologiques comme Hippolyte et Aricie ! Entre espace, temps, imagination et réalité, il n’y a aucune frontière. Avec Music for Trees, nous voyageons partout ! Finalement, comme le dit si bien Pierre Solot, le post-modernisme, c’est un réel œcuménisme musical. Envie de vivre cette expérience musicale, alors rendez-vous le 12 mai 2022 au Théâtre de Liège pour le prochain concert de Music for Trees.

© Dominique Houcmant