INTERVIEW THE MAP TRIO

Photos © Emilie Cronet
Interview > Rachel Thonart Nardellotto
Rédaction > Céleste Kabanyana

 

 

Le groupe tricéphale The Map trio nous parle de son univers musical aux influences éclectiques! Yann, Fouad et Mario ont répondu aux questions de Quatremille et voici leurs réponses!

 

 

Quatremille : « Votre punchline? »

Map Trio : « Unité dans la diversité, nous pouvons très bien nous étendre instrumentalement sur différents styles mais nous recherchons un son global. Nous avons du mal à nous définir en une phrase mais je dirais : « It Had to Happen ». »

 

Quatremille : « Pourquoi « The Map trio » ? »

MT: « « From Where We Stand ». Ah ben c’était plutôt ça la punchline! C’est là où on se trouve, c’est le moment présent, nous avons bien sûr des buts mais qui peuvent évoluer, comme la musique d’ailleurs. The Map trio représente une carte, nous avons tous un plan commun et nous essayons d’inclure le public dans le même plan. Même s’il y a des routes différentes, des régions différentes, qui mènent à des endroits différents, nous venons tous de la même race. Nous sommes tous les trois d’origines différentes mais nous retrouvons une certaine unité dans la musique que nous faisons. De plus, il y a un membre du groupe qui habitait à Bruxelles, un qui vivait à Charleroi et un à Liège, ça a joué dans le choix du nom. »

 

Quatremille : « Comment définissez-vous votre projet ? Vos Influences ? Vos Activités ? »

MT: « On a une étiquette Jazz même si ce n’est pas exactement ce qu’on fait, nous ne faisons pas de Jazz traditionnel, nous faisons plutôt du Soul/Funk qui découle directement du Jazz donc je dirais que la musique afro-américaine des années 70 est notre influence de base. Puis il y a bien sûr tout ce qui a suivi. Ce qu’on écoute au quotidien nourrit notre musique en permanence.

Quand nous voulons développer ou arranger une idée nous essayons de remplir les espaces d’une façon intelligente et le fait que nous ne soyons que trois nous force aussi à rechercher des idées dans d’autres domaines, comme l’énergie appliquée à la musique ou la recherche d’accords plus complexes et avec plus de notes qui ont une couleur plus Jazz, l’étiquette Jazz vient sûrement de là. Nous essayons aussi d’appliquer la théorie du Jazz à de la musique populaire ou du rock, comme le font des groupes tels que Radiohead ou Massive Attack, qui sont des références, tout autant que les artistes Soul et Funk, mais dans un style diffèrent.

Tu peux aimer la Funk et le Rock et vouloir faire un mélange. C’est ce que nous essayons de faire. C’est dans la démarche créative que nous sommes très Jazz, nous créons notre musique en improvisant et c’est seulement après que nous structurons le morceau pour le rendre plus “propre” ou “lisse”. Plus Pop en fait. Aujourd’hui, par exemple, en répétitions, nous avons travaillé sur un truc plus Rock, qui fera partie de notre prochain album et qui n’a rien à voir avec notre album précèdent et l’image qu’on a. »

Yann : « Moi par exemple, je donne aussi des cours de batterie, j’ai donc dû revisiter le rock alors que je viens d’une école de Jazz à la base, ceci influence aussi mon jeu et ça transparait dans notre approche commune de la musique. »

 

Quatremille : « C’est le moment d’en parler! (rires) »

MT: « Notre projet futur sera beaucoup plus Rock, nous voulons mettre l’accent sur la nervosité qu’il y a en nous. »

 

Quatremille: « Vous avez opté pour une musique hors du temps, qui existe comme en parallèle à la société actuelle. Comment positionnez-vous votre musique au regard de tout ça ? »

MT: « Nous essayons d’avoir un pied dans la société actuelle et un pied en dehors. Nous essayons de fonctionner avec la société telle qu’elle est, même si on ne l’aime pas, parce qu’on a pas le choix. D’un autre côté, notre musique est un moyen d’exprimer un mécontentement et un sentiment de rage et de dégoût même des choses telles qu’elles peuvent aller parfois. »

 

Quatremille : « On sent un refus de tomber dans le cliché ou dans la mouvance actuelle… »

MT: « Nous n’avons pas envie de nous pervertir pour que notre musique devienne un produit qui plaise à tout prix au plus grand nombre, c’est peut-être notre marque de fabrique. Il est vrai que nous sommes aussi à l’écoute de la réception et de l’impact qu’un morceau peut donner. Par exemple, il y a des morceaux que nous ne faisons plus en concert et que nous avons mis sur le côté parce qu’on remarquait clairement que le public n’accrochait pas, du coup, c’est pas intéressant pour nous non plus.De plus, prendre du recul sur une chanson dans laquelle on sent une gêne peut être très positif, le morceau peut renaître d’une façon différente et plus utile. Notre projet futur s’oriente beaucoup plus vers notre quotidien, d’un point de vue émotionnel, le quotidien des gens qui en ont gros sur le cœur pour beaucoup de choses qui sont incontrôlables dans cette société. Cette musique nous pousse à être plus agressifs dans le ton, dans l’attitude et dans le style. »

 

Quatremille : « C’est un peu le détachement que vous avez par rapport à ce qui se passe au niveau sociétal, ce qui vous met en rage… »

MT: « La musique c’est aussi un passeport pour se faire plaisir. Nous pouvons même prendre du plaisir en exprimant des émotions négatives. Comme un exutoire, la musique permet de “déborder” et de se libérer de ces poids. Nous enregistrons énormément de matériels et par la suite nous reprenons ce qui nous plaît le plus. »

 

Quatremille: « Est-ce que vous vivez de la musique? »

MT: « Non, le projet vit de ça. Il y a un investissement énorme de la part de nous trois, pour faire vivre le projet, qui doit se maintenir. »

 

Quatremille : « Vous habitez entre Liège, Charleroi et Bruxelles; Qu’est-ce que Liège joue comme rôle dans votre construction artistique? »

Yann: « Le plus important : Le Groove! (rires) Liège cela nous a apporté Mario, le Bassiste. C’est à Liège qu’on répète. Puis, il y a plein de gens sympa à Liège! »

Mario: « En fait je suis un mordu de mix et d’enregistrement, j’ai monté mon Home Studio et c’est donc chez moi que nous répétons et nous enregistrons tout. En plus, j’ai fait de la batterie avant, du coup Yann il peut venir les mains vides vu qu’il y a déjà une batterie sur place (rires). »

Fouad : « Vu que moi  et Yann sommes carolos, Liège nous a appris une façon différente de vivre ensemble en société. »

 

Quatremille : « C’est à dire ? »

MT: « Les gens sont beaucoup plus amicaux les uns envers les autres, il y a plus de vie, plus de communication entre les gens. Les gens sont sympathiques et prêts à rendre service. Charleroi c’est vide… J’ai vécu à Bruxelles et c’est super parce que c’est cosmopolite mais finalement c’est moins amical parce que les gens sont différents les uns des autres, ici je trouve qu’il y a une communauté. L’accent fait que tout le monde sait que t’es Liégeois!

Mario: « Moi je ne sais pas l’éviter… (rires). Moi je faisais partie du groupe “Monky President”, un groupe de Funk Fusion, mais c’était quand nous étions jeunes! Nous avons rencontré énormément de musiciens ici à Liège, dans des jams et autres. »

 

Quatremille : « Votre QG ? »

MT: « Chez Maria! En fait? je ne suis pas sûr que ça s’appelle comme ça! On va à cette épicerie à chaque fois qu’on répète et on y mange de très bons sandwiches, en plus le gars est très sympa et il aime chanter. Il est génial. »

 

Quatremille : « Pourquoi cette voix rauque? »

Fouad : « J’ai une sacrée gueule de bois en fait… Hier soir j’ai été voir Fatima (& The Eglo Band) et Oyster Node. C’était vraiment génial ! »

 

Quatremille : « Avez-vous déjà pensé à des collaborations ? »

MT: « Oui! Nous sommes toujours à la recherche de collaboration avec des gens dynamiques et les partenariats ça nous plaît. Il est important de s’entourer de personnes de tous les milieux artistiques. Il y a toujours quelque chose qui peut naître. Nous aimerions également partager la scène de temps à autres avec des musiciens talentueux, nous avons par exemple déjà fait un feat avec Alexis, qui a joué du saxophone dans notre morceau “Sometimes. Dans l’avenir, nous aimerions collaborer avec des claviéristes ou d’autres musiciens. »

 

Quatremille : « Est-ce que vous avez déjà collaboré avec d’autres chanteurs ? »

MT: « Ca nous arrive souvent en Jam, par contre nous avons fait un duo en radio sur 48FM avec Lord and Hardy. En gros, c’est l’esprit de Map Trio, nous cherchons à rencontrer des personnes qui soient intéressées par ce qu’on fait et qui puissent apporter quelque chose en plus, quelque chose d’authentique et de spontané. The Map Trio c’est de l’investissement personnel dans l’unité.

 

Quatremille : « Vous avez dit vouloir partir sur un projet Rock. N’avez-vous pas peur de perdre cette spontanéité dont vous parlez ? »

MT: « Non, parce que l’idée c’est de partir sur un son Rock mais qui pourra très bien être mélangé à d’autres styles, comme de la Bossa Nova par exemple. L’important c’est d’arriver à un produit final qui soit cohérent. Nous sommes fans de groupes des années 80 qui ont fait plus de cinquante albums, des groupes qui ont évolué et qui ont présenté différents projets dans des styles parfois très éloignés. C’est un peu notre rêve : pouvoir évoluer et avoir une certaine liberté créative!

Mario : « Tu peux tout à fait jouer un même riff dans des styles différents, tout dépend de l’énergie et de l’interprétation. Le fait de vouloir varier dans les styles musicaux est une façon de ne pas s’enfermer dans une cage, c’est un peu ce que je souhaite à la société tout entière, se libérer de toutes frontières… et nous essayons d’appliquer ça à notre musique. »

 

Quatremille: « Avez-vous déjà pensé à faire du Blues ? »

MT: « Nous n’avons jamais trouvé un vrai son Blues, par contre il y des parties dans certaines chansons qui ont des couleurs très Blues, ça oui… »

 

Quatremille : « Et vos Actus à venir ? Des dates prévues à Liège ? »

MT: « Nous sommes en train de travailler sur notre nouvel album, nous rentrerons en studio début 2017 et pour le moment nous nous concentrons surtout sur ce travail. Nous avons aussi des dates de concert prévues entre janvier et mars 2017. Ce n’est pas encore confirmé mais nous sommes super chauds pour jouer à Liège! Nous avons un concert de prévu à Bruxelles le 16 décembre. Ce concert nous tient particulièrement à cœur. Ce sera un concert dans le cadre de la Journée Contre les Discriminations et pour le vivre ensemble. Cette journée était initialement prévue le 25 mars 2016, trois jours après les attentats, mais ça a été annulé… ça a été reporté au 16 décembre et nous sommes super contents d’y participer. »

 

Quatremille : « Merci beaucoup les gars! »

MT: « Merci à Quatremille! »

 

maptrio_4000_liege_emiliecrone_01-min

Vous pouvez retrouver toutes les actualités à venir de The Map trio sur leur site internet, ou les découvrir via leur page Facebook & leur Soundcloud