CECI N’EST PAS UNE EXPO : INSIDE MAGRITTE

Rédaction : Morgane Perez Lucena // Photos © Prodije Mbonzo

Plongée dans l’œuvre du peintre surréaliste belge René Magritte : jusqu’au au 6 mars 2022, le musée de la Boverie accueille une exposition qui vous immerge dans son univers grâce à la technologie.

Après les expositions grandiloquentes dédiées à Andy Warhol ou aux sculptures hyperréalistes, Tempora nous propose de (re)découvrir l’oeuvre du belge René Magritte. Au programme de Inside Magritte : un parcours biographique, une expérience immersive en 4D dans l’œuvre de l’artiste et un court film sur Magritte au cinéma.

© Prodige Mbonzo
L’histoire d’une vie

L’exposition retrace un panorama du parcours de l’artiste, de sa formation à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles à la construction de sa réputation jusqu’à sa mort en 1967.

Beaucoup de personnalités ont influencé sa carrière et ses choix esthétiques : Giorgio de Chirico, en 1923, révolutionne sa vie avec le surréalisme. Il touche à l’impressionnisme avec Renoir vers 1940. Après revisite de nombreux styles, il retourne vers le surréalisme jusqu’à la fin de sa vie.

Si on n’a réellement célébré Magritte que vers la fin de son existence, il occupe aujourd’hui une place iconique dans le surréalisme aux côtés de Dalí, Buñuel, Ernst, Miró et Ray.

Un film en 8 chapitres

À peine l’entrée passée, déconnexion du monde extérieur. Un immense espace est éclairé par des dizaines de mètres carrés d’écrans qui revêtent les murs. Au centre, une petite pièce cubique recouverte de miroirs à l’intérieur et à l’extérieur.

Grâce à la technologie immersive, les créations prennent vie. Un film de plus ou moins une heure entrelace les œuvres entre elles. Coulissements, agrandissements, rétrécissements, fondus… le tout acquiert une dimension poétique supérieure pour le spectateur.

Ce travail est au service de l’esthétique du peintre, connu pour peindre des objets de la vie quotidienne et les détourner de leur sens initial en les unissant à d’autres éléments. Principe même du surréalisme de créer des associations aléatoires qui suscitent un sentiment nouveau.

Assis, debout, immobiles ou en mouvement, les visiteurs dégustent toutes sortes de saveurs artistiques. Par exemple, le cubisme du début de sa carrière suivi de l’abandon de l’abstraction avec des œuvres comme Le jockey perdu. Un long chapitre est réservé à sa période noire. L’entre-deux-guerres en art est animé par des idées ténébreuses et frustrantes. Magritte dépeint ce sentiment avec des effets de métamorphoses et des associations de couleurs sombres à des objets ambigus.

Le noir de la pièce est éclairé un instant par le clair de lune de La page blanche. Accompagné de musique classique, l’expérience en devient presque émotive pour le public. Il suffit alors de se retourner et de se regarder dans la glace… L’image devient alors l’arrière-plan d’une scène dans laquelle on prend place.

Pomme, cuillère, pipe : vient alors la bien connue remise en question de la signification des formes les plus simples de la vie. Magritte s’essaie à la peinture illusionniste durant la guerre et à un art beaucoup moins délicat plus tard avant de retourner vers la finesse du surréalisme.

L’expérience exalte d’autant plus quand on rentre dans le prisme central. On vit un effet « inception » grâce aux reflets des miroirs placés sur cinq des parois internes au cube. La sixième est réservée à un écran supplémentaire qui apporte des dimensions supplémentaires à l’illusion.

Surréalisme et réalité virtuelle

En passant par la boutique souvenir, ne loupez pas l’expérience de réalité virtuelle. Afin de couronner le tout, l’exposition vous propose d’enfiler un casque et de vous emmener en voyage. Grotte, désert, maison … il faut regarder dans toutes les directions pour en prend plein la vue. Une plongée supplémentaire dans l’œuvre de Magritte, transformée en un monde parallèle époustouflant.


Plus d’infos l’expo Inside Magritte via https://expo-insidemagritte.com/