IL ÉTAIT UNE FOIS VIVI

Rédaction : Jean-Sylvain Tshilumba Mukendi

À voir jusqu’au 20 octobre au Cercle des Beaux-Arts de Liège, l’exposition Looking For Vivi explore le thème de la colonisation du Congo, mêlant images d’archives et photographies des artistes : Lara Gasparotto et Dareck Tuba. Quatremille vous livre la chronique de Jean-Sylvain Tshilumba Mukendi.

Initiée par Paola Basika Lumonga, l’exposition Looking For Vivi se révèle être une allégorie contemplative et cohérente des relations coloniales naissantes entre la Belgique et le Congo. Plus qu’elle n’apporte(ra) de réponses sur la genèse du projet odieux et cynique de la colonisation du Congo, elle s’arrête(ra) à la force de son intitulé. Mêlant passé et présent, le récit visuel offert par les clichés de Dareck Tuba, Lara Gasparatto et ceux des archives du Musée de l’AfricaMuseum fonctionne comme un voile à moitié levé sur les affres de l’impossibilité de reconstituer ce que la rupture coloniale a flouté. Rien d’angoissant, mais la conviction que reconstitution et réparation sont autant une affaire de création, d’appropriation artistique qu’un devoir de justice. 

Que cherchons-nous en s’aventurant sur le chemin du questionnement colonial ? À un moment où le débat sur la réparation, la restitution et la justice suite aux transgressions coloniales est ravivé de toutes parts, l’enchevêtrement du récit historique et de la restitution d’un voyage collectif et personnel apparaît comme un croisement opportun. L’utilisation des documents d’archives, en contraste avec les instantanés du présent, nous rappelle que l’interêt commun prôné par l’entreprise du Comité d’Etudes du Haut-Congo n’a eu comme effet qu’un arrêt du temps, un arrêt sur image, abasourdi.  

La poésie prend ses droits. Une des réussites de la restitution que nous propose Looking for ViVi réside dans la confusion des images qu’elle propose. « Qu’est-ce qu’est le présent, qu’est-ce qu’est le passé, que s’est-il passé entretemps? » se demande Lara. Ses clichés ont une réelle aura fantomatique. Les fantômes de Léopold, spectres d’une histoire fuyante, insaisissable, hantent cette exposition. Sublimés par le procédé du double emploi filmique ou remarquables par l’absence de sujet(s), ils sont omniprésents dans cette installation photographique.   

L’intensité des couleurs des prises de vue de Dareck Tuba fait resurgir le présent, l’actualité d’un propos dans lequel on s’engouffre non sans mal, feuillages denses et vestiges urbains à l’appui. Spectateurs, témoins de fréquences visuelles dont le pouls a pour mesure les perceptions variées et imbriquées que nous offrent les auteurs de Looking for ViVi, l’exposition forme un bel ensemble. Initié par African Vox, cette exposition est une invitation à entrevoir l’intemporalité de l’entreprise coloniale. Le voyage qui nous est proposé laisse apercevoir de la lueur, à l’image de l’affiche de cette exposition, lueur des progressions et états incertains vers l’inconnu.         

Sommes-nous finalement confrontés à l’histoire d’un voyage, entrepris par les auteurs de ce projet? Ou sommes-nous témoins du voyage d’une histoire, celle qu’on a du mal à saisir, qui laisse des traces inaudibles? L’histoire de leur voyage se confond dans la recherche qui motive celui-ci. Looking for ViVi apporte un regard sur l’histoire, les relations ‘congo-belges’ suivant la trame des capitales qui ont marqué les fondements de ce rapport colonial: Vivi, Boma et Kinshasa. Cette excursion nous emmène également du côté de Kisantu, Kimpese, les Massifs de Lovo ou encore Matadi. Le fil de leur voyage est aussi trouble que l’histoire qu’il aborde. Un extrait sonore complète cette installation photographique de façon à contenir les perceptions présentées et nous ramener aux sources du projet.   

Vivi n’aura eu qu’une fonction administrative, le temps d’installer les choses et y signer un traité aux conséquences fâcheuses. La suite n’est pas qu’Histoire.

Rendez-vous ce Vendredi 18/10 dès 18h00 pour le finissage d’une exploration loin d’avoir vu sa fin et qui sera ponctuée d’une lecture performance de Pierre Etienne dit Pavé.

Looking For Vivi © D.R.
Looking For Vivi © D.R.
Looking For Vivi © D.R.
Looking For Vivi © D.R.

Commentaires

commentaires