GRINGE @ REFLEKTOR 

Rédaction : Olivier Sogan // Photographies : Florian Schynts 

Samedi 1er février, le Reflektor  a chaleureusement accueilli Gringe. Le rappeur défendait son premier projet solo, Enfant Lune, qui a fait son entrée sur les plates-formes de streaming et dans les bacs en novembre 2018. Accompagné de Dj Pone et précédé par Glauque, il a livré un spectacle intense. Retour en mots et en images sur la quatrième date de sa tournée.

Le Reflektor affiche complet depuis des mois pour ce concert : l’entrée est noire de monde. Ce n’est pas courant que les 650 places de cette salle, où certains des plus grands se sont produits, soient sold out. Il faut dire que le passage de Gringe est attendu :  depuis ses débuts aux côtés d’Orelsan, avec lequel il posait déjà sur « Perdu D’avance » en 2009, il a fait du chemin. Il est sur de nombreux terrains : en groupe avec Casseurs Flowters, co-scénaristes de la série télévisée Bloqué, ou encore acteur de cinéma.

Alors ce soir, les vigiles portent un œil particulièrement attentif à la file qui s’agglutine. Devant le bar, le public s’arrête et commande à boire, avant de continuer jusqu’à la salle, déjà fort pleine : il n’y a presque plus d’espace. Discrètement, les photographes se faufilent entre les gens et se tiennent prêts à immortaliser le moment. Verre en main, la foule attend impatiemment que la lumière se tamise…

La salle s’éteint presque complètement. Seule la scène est éclairée, mettant en lumière les cinq membres de Glauque. Ce soir, le groupe namurois fait la première partie du natif de Cergy.

Louis Lemage, le chanteur, ouvre le bal en saluant le public. Planté à ses côtés, Aaron Godfroid l’accompagne vocalement. Derrière eux, se trouvent les musiciens Lucas Lemage, Baptiste Lo Manto et Aadreijan Montens. Ils entament une mélodie électronique, limite psychédélique, sur laquelle Louis vient poser un flow au débit rapide, qui capte l’attention du public. Personne ne chante, mais tout le monde écoute. Entre chaque titre, une courte pause, et à chaque pause des applaudissements chaleureux et des cris d’encouragement. Porté par le public, Glauque donne tout ce qu’il a dans le ventre jusqu’au moment où il doit quitter la scène. Salué par des applaudissements, le groupe s’éclipse et la lumière se rallume pour un court instant.

Désormais, il n’y a plus du tout de place dans la salle. Les retardataires, absents lorsque Glauque a commencé, se sont appropriés le peu d’espace restant. Dj Pone, qui accompagne Gringe durant cette tournée, monte sur scène en premier. Il s’installe derrière son MPC et entame les premières notes de « Paradis noir ». Guillaume Tranchant, alias Gringe, apparaît chaussé de Reebok blanches, et portant un survêtement noir aux bandes bleues. Un bonnet noire recouvre sa tête. Déjà, le public s’enflamme. Lui qui découvrait silencieusement Glauque quelques minutes plus tôt, chante par cœur les paroles de l’interprète de « On danse pas ».

L’artiste se chauffe doucement. Il jauge la salle, balance quelques blagues entre les chansons, apporte quelques précisions. Ce soir, c’est la quatrième date de la tournée. La formule qu’il propose n’est pas encore rodée : il y a quelques ratés. Pourtant, rien n’est suffisant pour plomber l’ambiance. Au contraire, le public est ravi : lumières de téléphones allumées en guise de briquet, il chante à l’unisson « Des histoires à raconter », tiré du premier album studio des Casseurs Flowters.  

Après une bonne heure de show, ponctuée d’extraits d’Enfant Lune et de couplets de ses chansons les plus célèbres, Gringe laisse briller son acolyte. Il s’éclipse et Pone prend le relais. Endiablé, ce dernier pianote frénétiquement les touches de son instrument électronique et en tire des sons qui emportent le public. En transe, dans un autre monde dont lui seul possède les clefs, il ravit l’audience.

L’auditoire en veut plus, toujours plus. Il rappelle celui qui incarne son propre rôle dans le film Comment c’est loin, pour le grand final. La soirée s’achève sur les acclamations du public et les remerciements des artistes.

REPORTAGE PHOTOS

© FLORIAN SCHYNTS

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

© Florian Schynts

Commentaires

commentaires