FROIDEBISE FAIT SON SHOW AUX DEUX OURS

Rédaction : Patrick Ndibwalonji Badibanga // Photos : Pierre Heuveneers

Ce samedi 5 février, Jean-Pierre Froidebise présentait son livre Manuel de survie à l’usage des artistes en milieu hostile aux Deux Ours. Outre la lecture du livre, musiques et anecdotes étaient aussi au programme. Posons-nous et prenons le temps de découvrir cette performance hors du commun !

« Par les temps qui courent il vaut mieux ne pas inviter d’amis à la maison sous peine d’être accusé de réception » lâche l’artiste ! Du Jean-Pierre, tout craché, particulièrement d’actualité avec son Manuel de survie à l’usage des artistes en milieu hostile qui déborde d’aphorismes, proverbes, citations et autres poèmes. En voici quelques extraits : « Si vous êtes vraiment obligé d’exécuter un morceau, assurez-vous d’abord qu’il soit réellement passible de la peine capitale, ensuite évitez de le faire souffrir inutilement. » « Deux miroirs s’aimaient tant qu’ils se regardaient tout le temps. L’un était fêlé, l’autre non. Aucun des deux ne sut jamais à qui était cette fêlure. » En plus de jouer avec les mots, l’auteur s’amuse à balader ses lecteurs. Ainsi, il les envoie de la préface à la postface en passant par une certaine page 168. Une page qui pourra vous aider si vous êtes artiste, mais si vous n’en êtes pas un, elle vous divertira très certainement. De tout façon que vous soyez artiste ou pas, n’hésitez pas à assister à un spectacle de Jean-Pierre : vous en sortirez plus léger. Non seulement il vous invitera à participer à travers chants ou poèmes, mais chez lui vous ne subirez aucune censure ; la langue de bois, il ne la connait pas. Alors, imaginez un one-man-show réalisé par un musicien renommé et vous aurez une petite idée de ce que vous avez raté. Toujours pas convaincu : allons découvrir comment s’est construite son œuvre littéraire.

Jean-Pierre, l’écrivain

« Depuis que je suis adolescent, j’écris et je garde tout dans des armoires » nous confesse l’artiste. Quelques décennies après ses premiers essais littéraires, il décide de poster tout ce qui lui passe par la tête sur Facebook. Et là, bingo ! Plusieurs de ses contacts lui conseillent d’en faire un livre. Dans le même temps, un de ses amis lui fait découvrir l’imprimerie, le Livre en Papier. À partir de là, la machine se lance et ne s’arrête plus. Par ailleurs, comme l’appétit vient en mangeant, Jean-Pierre a l’intention d’écrire deux autres livres. Le premier sera une suite de son Manuel de survie à l’usage des artistes en milieu hostile. Le second, quant à lui, sera très différent. Il s’agira de créer une œuvre artisanale dont le nombre d’exemplaires dépendra uniquement des commandes. Cet objet littéraire non identifié aura la particularité de mélanger des techniques ancestrales et modernes. Imaginez une reliure comme on en faisait au 17ème siècle mais avec une qualité de photocopie actuelle. Quel régal pour les yeux ! En outre, il y aura une surprise de taille à l’intérieur. Que penseriez-vous d’avoir une clé USB avec un album inédit d’un de vos artistes préférés ? Génial non ! En attendant que ce projet aboutisse, partons à la découverte de Froidebise, le guitariste.

Froidebise, le musicien

« Mourir… bien sûr que ça m’interpelle. Me faire enterrer, par contre ne me crée aucune frayeur. J’ai été musicien underground toute ma vie ».

Chez les Froidebise, la musique est plus qu’une passion : c’est un héritage. Avec un père et une sœur pratiquant assidûment la musique classique, Jean-Pierre a de qui tenir. Pourtant, c’est vers le rock qu’il s’oriente. Le jour, où il entend l’album de Woodstock, il est subjugué. Toutefois, à ce moment-là, il ne sait pas encore à quel point cet instant va marquer sa vie. « À aucun moment, je ne me suis dit que je voulais devenir guitariste » nous confie-t-il. Il nous avoue d’ailleurs qu’il envisageait un tout autre métier : « Moi, je voulais aller élever des chèvres dans le Larzac ». Lorsqu’il commence à jouer de la guitare, il veut simplement s’amuser à reproduire un son agréable à l’oreille. Ensuite, il se plait à jouer du Bob Dylan dans les communautés du Sud de la France. Trois ans plus tard, il découvre le plaisir de la scène avec ses premiers concerts de folk blues. En repensant à son ambition première, il nous raconte avec humour : « J’ai raté mon coup et je me suis retrouvé rockeur dans les bistrots. » Cependant, au début des années 80, l’autodidacte qu’il était, décide de suivre des cours de jazz pour apprendre l’harmonie. À travers cette formation, il rencontre Steve Houben, c’est le début d’une belle amitié. Aujourd’hui, il préfère écouter les luthistes du 17e siècle tranquillement dans sa campagne plutôt que se coltiner le rock et le jazz actuel.

Envie de plus ! Alors, ne ratez pas l’occasion de voir Jean-Pierre se produire une dernière fois au Spirit of 66 à Verviers ce mercredi 9 février à 20h00. Pour réserver vos places, allez sur https://www.infoconcert.com/salle/spirit-of-66-9120/concerts.html.