CITY-TRIP EN PLEINE PANDÉMIE : MODE D’EMPLOI

Rédaction : Patrick Ndibwalonji Badibanga // Photo : Prodige Mbonzo

Au mois de décembre dernier, Empaj éditions sortait City-Trip, le deuxième roman d’Eve Kapem. Allons à sa rencontre et savourons les nombreuses escapades qu’elle nous propose : dépaysement garanti !

City Trip, Eve Kapem © Quatremille - Prodije Mbonzo
City Trip, Eve Kapem © Quatremille – Prodije Mbonzo

« Vous rendez-vous compte que j’ai dû attendre le 18 mars 2020 pour enfin voyager ? » Imaginez cette phrase sortant de la bouche d’un nonagénaire ! Interpelant ? Oui, et pas qu’un peu ! Dans City-Trip, Geneviève Lejeune alias Eve Kapem nous emporte dans une histoire où le réel côtoie le fantastique et l’imaginaire semble tangible. Comment une jeune femme de 25 ans s’est-elle retrouvée à devoir balader un vieil homme presque centenaire dans treize villes ? Comment a-t-elle fait pour le faire quitter la maison de repos dans laquelle il était enfermé depuis 18 ans ? Et comment ont-ils fait pour voyager aussi librement en pleine période de pandémie ? Tant de question pour une seule réponse : lisez City-Trip ! Pas sûr que vous aurez envie de revenir après… En attendant, découvrons l’autrice qui se cache derrière le pseudo.

Qui êtes-vous ?

« Je suis toujours en voyage avec Adèle et Alex. Je profite de mon City-Trip », nous confie l’enseignante de formation. Après avoir terminé sa deuxième œuvre littéraire, Geneviève Lejeune y navigue encore avec la pensée comme moyen de transport. Pourtant, rien ne la destinait à embrasser le 5e art. « Au départ, j’ai écrit Relève-toi pour soigner mon burn-out, il y a 5 ans », nous confesse- t-elle. Elle n’avait d’ailleurs aucune intention de le faire éditer. Cinq ans plus tard, les conjonctures l’ont amenée à le faire publier et à en écrire un second. « Les moments d’écriture sont des moments de joie et ça fait partie de ma vie à présent. » Le message est clair : maintenant qu’elle a goûté au plaisir d’écrire, elle ne s’arrêtera plus ! Mais pourquoi Eve Kapem ? « Pendant mon burn-out, j’étais complètement déconnectée. Eve Kapem, c’est moi libérée. » Eve, c’est aussi les trois dernières lettres de Geneviève. Aujourd’hui, l’autrice est un mélange entre celle qu’elle était il y a cinq ans et son pseudonyme d’artiste. Voyons à présent comment elle arrive à faire la part des choses entre ses deux identités et quelles sont ses inspirations.

Eve Kapem : mode d’emploi

« Dans mon premier roman, le lecteur ne découvre qu’à la fin que c’est de moi dont je parle. » Ceci nous en dit long sur la capacité de Geneviève à savoir alterner la mise en scène de soi et l’effacement quand l’histoire l’exige. En lisant City-Trip, nous avons l’impression qu’elle explore son livre en même temps que nous. « J’écris en ne connaissant pas la fin », ajoute-t-elle pour confirmer notre intuition. À la lumière de cette confession, nous comprenons que ses histoires sont une découverte pour elle autant que pour ses lecteurs. En revanche, comme beaucoup d’auteurs, ses personnages ont des traits de caractère en commun avec elle. Ainsi, comme Adèle, Geneviève est cinéphile, aime les city-trips et les balades au petit matin. C’est d’ailleurs un des moments qu’elle affectionne tout particulièrement pour écrire. Et La légende des Alpha dont elle n’aura de cesse de parler tout au long du livre est une de ses créations par nuit de pleine lune. Quant à Alex, il lui a été inspiré par un de ses grands-pères qu’elle a connus en maison de repos. Comme quoi l’inspiration peut se trouver n’importe où quand on la cherche ! Envie de découvrir City-Trip, rendez vous sur Facebook à l’adresse : https://www.facebook.com/Empajeditions ou sur le site officiel d’Empaj édition : https://www.empajeditions.be/product/city-trip.