DRAG ME TO HELL : LA SOIRÉE PUNK UNDERGROUND DÉBARQUE ENFIN À LIÈGE

Rédaction : Giulia Calamia // Photos : Tom Roelofs

« Tout le monde a envie de clubber en latex à une soirée gothique dans un endroit safe ». Si vous êtes d’accord, venez écouter le groupe de punk liégeois Cocaine Piss lors de la première soirée Drag me to hell de Wallonie ! Co-organisées par La Zone, Mati Drome et Cocaine Piss, les soirées DMTH sont déjà bien ancrées sur la scène culturelle anversoise et bruxelloise. Plus qu’une soirée, c’est un nouveau concept qui s’invite à Liège ! Mais c’est quoi une soirée DMTH ? Le latex et les bas résilles, c’est nécessaire ? Réponse avec Mathias et Aurélie, guitariste et chanteuse de Cocaine Piss.

Cocaine Piss © Tom Roelofs
Cocaine Piss © Tom Roelofs

DMTH, les soirées underground venues d’Anvers

Drag. Punk. Inclusives. Voilà comment définir les soirées DMTH. Tout commence il y a cinq ans, lorsque le DJ anversois Mati Drome organise une soirée déguisée publique pour son anniversaire. Sans surprise, le succès est immédiat. « Tout le monde est libre, on ne sait plus qui est qui et c’est ça qui est fun. Le fait de se déguiser, ça désinhibe vachement ! » raconte Mathias. Chaînes, harnais, latex et autres fantaisies sont au rendez-vous, mais on nous rassure : pas besoin de se déguiser pour entrer. « Tout le monde est le bienvenu ! Mais un accessoire en latex ou un collier de chien, ça reste toujours sympa » nous dit Aurélie. Les soirées DMTH offrent surtout la possibilité de s’amuser à une soirée safe, qu’on porte des bas résilles, un masque BDSM ou une perruque digne de RuPaul’s Drag Race.

DMTH et Cocaine Piss : une collab évidente

D’un côté des soirées ultra libres, ouvertes et décalées, de l’autre un groupe de punk tout aussi marginal, sincère et bienveillant. Que dire de plus ? Leur collaboration est aussi naturelle qu’elle est qualitative. Car outre les mêmes goûts esthétiques pour The Rocky Horror Picture Show ou encore Mad Max, ce qui rassemblent Cocaine Piss et la DMTH, c’est des valeurs communes très fortes. Parmi celles-ci : tolérance, émancipation, égalité et lutte contre toute forme de discrimination. « La base » selon Mathias. Mais même si CP est un groupe engagé, pas question pour eux de se prendre au sérieux. « On ne sauve pas des vies non plus. On est là pour s’amuser » affirme Aurélie.

Mais jusqu’à présent, la Cité ardente ne proposait pas de de soirée publique du genre des DMTH, notamment dans son aspect marginal et décomplexé. « Ce genre de soirées, ça manque à Liège » déplore Mathias. C’est bien pour ça que les organisateurs se sont lancés dans cette aventure, afin de proposer un « univers qui rassemble des personnes qu’on voit moins d’habitude » et qui « réunit plus de gens qui se sentiraient moins acceptées sur certaines scènes » déclare Aurélie. Une deuxième soirée est déjà en préparation : « En fait, il y a vraiment plein de gens qui sont vraiment friands de ça. C’est cool, ça motive, on espère que ça sera un succès ! » Nous aussi, on espère que cette DMTH n’est que la première d’une longue série de fêtes inclusives, insolites et insolentes.

Infos pratiques
> Samedi 7 mars à La Zone
>> 19h : vernissage et DJ (gratuit)
>> 21h : concert de Cocaine Piss
>> DJs : Gregorian – Mati Drome – Resisters – DJ Graftak + performance d’Amanda Pleaseme
>> Dress-code : fétiche// gothique // trash // drag
>> Entrée : 10€ en prévente, 11€ sur place

Commentaires

commentaires