Interview : Jonathan Gonzalez, Nyange Alixe Lambrette & Santo Battaglia // Photographies © Juliette Reip

Après son EP, la jeune chanteuse Shana Seminara. aka Tanaë, bien connue des scènes liégeoises, vient de sortir son premier album «Talking to myself », produit par Manu Freson de G-Major Records. Elle est venue répondre à nos questions, accompagnée de l’auteur et producteur, Yannick Lemoine. À cette occasion, Quatremille vous propose une interview 2 en 1. L’artiste de 22 ans a beaucoup à dire !

© Juliette Reip

Quatremille : Quelles idées défends-tu dans ton album ?

Tanaë : Comme dans l’EP, les chansons parlent d’amour. Mais elles sont toutes un peu différentes. Tout comme chaque personne a plusieurs facettes, je voulais que mes morceaux représentent différents aspects. Yannick et moi avons écrit une chanson qui parle de la difficulté à s’adapter à la société. Une autre parle de la place de la femme dans un couple en tant que personne et pas en tant que « meuf ».

Quatremille : Selon tes propres mots, quel est ton style de musique ?

Tanaë : Je fais clairement de la pop avec des influences soul, électro et hip hop. J’écoute de tout. Alors, je voulais que mon album soit un mélange de plusieurs genres. Je trouve aussi que l’anglais a une musicalité particulière, l’album est donc uniquement en anglais. Cette langue colle plus avec le style de musique que je veux faire.

Quatremille : Quel est ton évolution depuis ton EP ?

Tanaë : J’ai appris plein de choses, notamment techniques, depuis la release party. Je n’avais franchement aucune notion de base dans ce domaine. Je n’avais jamais vu de studio d’enregistrement de ma vie. Je ne savais absolument pas comment ça se passait. Sur scène, j’étais un peu mal, je ne savais pas comment bouger. Il y a peu, nous avons participé à un coaching scénique avec le studio de Variétés. J’ai appris à me comporter par rapport au thème de chaque chanson. Je pense que j’ai beaucoup évolué de façon scénique, mais aussi personnellement.

© Juliette Reip

Quatremille : Tanaë a donc aidé Shana à vaincre sa timidité ?

Tanaë : Dès que je parlais en public, j’étais toute rouge. Et même si je ne suis pas certaine qu’on puisse dissocier les deux, Tanaë m’a clairement aidée socialement.

Quatremille : Comment gères-tu les études et la musique ?

Tanaë : J’étudie le graphisme à l’Académie. C’est vraiment quelque chose qui me plait. Mais je fais clairement passer la musique avant. J’annule plus facilement une journée de cours qu’un concert. Je suis contente d’avoir eu les deux semaines de vacances scolaires parce que j’ai pu tourner deux clips.

Quatremille : Comment as-tu réalisé les clips ?

Tanaë : Le premier est un travail de Juliette Reip. Elle a aussi fait toutes les photos de mon album et ma pochette. Le clip est sorti le 30 avril. Le deuxième clip est en featuring avec Sunday Charmers. Il sortira mi-mai.

© Juliette Reip

Tanaë est venue accompagnée de Yannick Lemoine, un compositeur de 30 ans. Il fait de la production, de l’écriture et de la musique, notamment à Liège.

Quatremille : Depuis quand travaillez-vous ensemble ?

Yannick Lemoine : Je dirais environ 6 mois. J’ai été contacté pour corriger la grammaire des textes et traduire la bio en anglais. Mais pour réaliser un projet plus concret, j’ai fini par travailler avec Tanaë du début à la fin.

Quatremille : Comment s’est déroulée la collaboration ?

Y. L : C’était assez facile comme processus. Tout s’est fait de manière très fluide et naturelle. Nous travaillons de manière très organisée, tout le monde savait quoi faire. Pour certains morceaux, nous avons écrits ensemble et pour d’autres, j’ai juste corrigé.

Quatremille : Quelles sont tes dates à venir ?

Tanaë :  La release party est le 9 mai au Reflektor. Je serai aux Ardentes le 5 juillet et le 19 aux Francofolies de Spa, sur la scène Pierre Rapsat.

© Juliette Reip

Quatremille : Quelle est ta punchline préférée ?

Tanaë : Ma punchline préférée, c’est « dans mes souvenirs, j’ai toujours raison et je suis toujours bien habillée ».

Quatremille : Et toi Yannick ?

Y.L : La mienne est une phrase sans mots grossiers, mais que je trouve très forte : « Dis-toi ça ».

Commentaires

commentaires