Nous étions au Nandrin Festival et nous vous livrons la chronique de Cécile Botton.

 

Photographie © Thierry de Froidement et Axel Tihon

 

Chronique du Nandrin Festival : « Quatre jours de festival tout public ! »

Ce premier week-end de juillet, je me suis rendue au Nandrin Festival où j’ai été accueillie par une Sabine toute souriante qui d’emblée m’a dit : « Cette année, le Nandrin, c’est le phœnix qui renait de ses cendres avec les vieux de la vieille ! C’est chouette, il y a une belle énergie ! ». Seul petit bémol, la météo qui n’a pas amené la foule escomptée !

Et pourtant, pas moins de 22 artistes à l’affiche… des groupes inconnus du grand public mais déjà très professionnels comme So Chic, Hong kong Star, Salazar, Céléna & Sophia, Pale Grey, Tanaë, Dirty Pretty Lips, The Poneymen, Sonnfjord, David Leo et puis des noms un peu plus confirmés tels que Jacques Stotzen, Gaëtan Streel, Typh Barrow, Faon-Faon, Dan San, Alaska Gold Rush, Marka et Waterfront accompagné du batteur de Simple Minds, Mel Gaynor. Enfin, pour terminer les soirées de vendredi et samedi, les DJ’s Dijé et Charl-X ont mis de l’ambiance alors que Damien MC Fly a clôturé le festival tout en douceur.

Deux jours où j’ai apprécié la diversité des univers proposés ainsi que la mise à l’honneur de voix féminines aux timbres aussi diversifiés que particuliers… Quant au niveau technique, un son impeccable tout au long du week-end malgré une atmosphère on ne peut plus humide ! Seul petit couac… un déséquilibre entre la voix de Tanäe et la guitare huit cordes de Simon Fransquet n’a pas permis la mise en valeur de l’harmonie sensée se dégager de la rencontre entre deux univers d’une rare sensibilité. Dommage !   

Dans le fond de mon cœur, je garde …

L’éclectisme de Gaëtan Streel ;

Le punch et la voix jazzy de Typh Barrow ;

L’univers décalé des Faon-Faon et l’harmonie parfaite de leur voix ;

Le côté déjanté des Poneymen ;

Les textes de Céléna & Sophia …

Les voix à la fois puissantes et douces de Tanaë et de Sonnfjord ;

… et puis dans un coin de ma tête, quelques commentaires d’artiste à leur descente de scène !

Céléna & Sophia : « On est très contentes de jouer à Nandrin, le site est très beau… On a ouvert le bal, il y avait quelques personnes, mais on a pu être dans notre monde et partager avec le public… »

Gaëtan Streel : « Des sentiments mélangés parce que je suis content d’avoir joué… On est dans une bonne période avec le groupe. Musicalement, il y a eu un ou deux changements et donc un peu de nouveauté dans le line up. Je suis content d’avoir donné tout ce qu’on a pu pour les gens… mais un peu triste pour les organisateurs car on sait bien que le mauvais temps a eu une incidence.  Nandrin, ça me tient à cœur tant d’un point de vue artistique qu’humain, on est très contents de l’accueil ! »

Faon-Faon : « On n’a pas eu de bol avec le temps, mais les gens étaient souriants, accueillants, dansants et chantants… Notre set est construit de manière assez intime au début et puis ça va de plus en plus vers quelque chose d’électronique et de dansant. Du coup, c’était chouette car les gens ont vraiment été captivés et à la fin ils étaient présents et chauds… C’était cool ! Nous, on fait ce métier pour rendre les gens heureux… vu qu’ils sont restés et qu’ils étaient plus nombreux à la fin, c’est qu’ils étaient plutôt heureux ! »

Dirty Pretty Lips : « On a tout donné, dommage pour la pluie… mais bon, le soleil est arrivé… c’est peut-être nous qui avons chassé les nuages ! Sympathique pour nous, on s’est bien amusés ! »

Sonnfjord : « Il faisait beau, de bonnes conditions, un public bienveillant… on a vraiment passé un bon  moment festif, agréable et familial ! »

Mais mon coup de cœur va à David Leo, ancien chanteur de Malibu Stacy ! C’est sans conteste la révélation du festival… Un punch d’enfer, une immense complicité avec ses musiciens et ses choristes, David a su transporter tout le public vers une autre sphère… Voici ses commentaires à chaud : « C’était génial, et très chouette… ça manquait un peu de monde mais c’était agréable… A refaire, on le refait… C’est juste que chaque concert, c’est un nouveau défi… un projet naissant. Alors, il faut chaque fois s’adapter au public et recommencer à zéro… c’est super gai ! C’est une nouvelle conquête… Ici, je pense être arrivé à communiquer une certaine joie de vivre et certaines émotions aux gens et donc pour ma part je pense avoir fait mon travail ! (rire) ». Vous l’avez manqué… alors n’hésitez pas à aller le voir le 23 juillet aux Francofolies de Spa !

En tout cas deux journées remplies de superbes découvertes… et puis comme les artistes, je ne suis pas prête d’oublier l’accueil chaleureux qui m’a été réservé ! Merci à tous les bénévoles pour ces bons moments et ces belles rencontres !

Cécile Botton

 

Commentaires

commentaires