CROCH’NIGHT, UNE AFFICHE TOUTE EN HARMONIE

Chronique : Cécile Botton / Photos : Giuseppe Cordaro

Le public a répondu positivement à la première édition de la Croch’Night organisée par l’asbl Croch. Ce festival s’est déroulé le samedi 29 septembre au Centre Culturel de Chênée. Avec une programmation bien éloignée des succès commerciaux, les organisateurs ont eu envie de mettre en avant des artistes de qualité. Quatremille vous livre ses impressions d’une soirée conviviale où régnaient chaleur et bonne humeur !

L’affiche plutôt alléchante propose une alternance des jeunes talents comme Green Moon, Sébastien Hogge Quartet, Jeff Danès, Shana Mpuga et d’artistes aguerris comme BJ Scott, Jacques Stotzem ou encore Stéphane Martini. L’agencement du Centre Culturel de Chênée offre un lieu à la fois chaleureux et intimiste. Ses deux scènes permettent une programmation musicale ininterrompue alors que sa galerie est le coin papote idéal.

© Giuseppe Cordaro

D’ailleurs, c’est là que la soirée débute avec la sympathique Happy Hour ! Pour le plus grand plaisir de nos papilles et de nos oreilles, nous avons pu déguster divers produits locaux au rythme du blues de Nickel & Nails.

© Giuseppe Cordaro

Il est déjà l’heure de rejoindre la grande scène où Green Moon attire toute mon attention. Étrange, ils sont six… Au trio de base composé d’un guitariste, d’un contrebassiste et d’un violoniste joueur de mandoline sont venus se greffer un harmoniste, un batteur et un trompettiste. Si le trio des trois « cordes pincées » dégage à la fois intensité et douceur, le sextet, quant à lui, offre une ligne rythmique renforcée ainsi qu’un subtil jeu de questions-réponses entre harmonica et violon. Un groupe que vous pourrez découvrir très prochainement dans Quatremille.

© Giuseppe Cordaro

Autre scène autre style… Le duo Hogge & Mpunga nous attend de pied ferme ! La guitare de Seb, la puissance vocale et les percussions de Shana nous prennent en otage… impossible de résister à leur regard complice. Nous ne pouvons que pousser les vocalises et battre les rythmes proposés par ce chanteur au charisme détonant. Quarante-cinq minutes de pur bonheur avec un public on ne peut plus réactif !

© Giuseppe Cordaro

Heureusement la douceur de Jacques Stotzem nous donnera un peu de répit. C’est avec Thierry Crommen et son harmonica que Jacques nous a présenté son tout nouveau morceau… tellement neuf, qu’il n’a pas encore de nom. À nous de l’inventer ! Très touchée par la complicité du duo qui nous a offert un moment empli d’émotion… c’est « Nostalgie d’un soir » qui m’est directement venu à l’esprit ! Ce sera d’ailleurs le titre de l’interview qui lui sera prochainement consacrée.

© Giuseppe Cordaro

Un tout autre voyage nous attend sur la petite scène, Stéphane Martini nous emmène en Amérique du Sud avec son projet « Elia meets Martini ». Une batterie tout en finesse et une guitare aux rythmes bien typés mettent en exergue les magnifiques harmonies de voix dégagées par Pascale Elia.

© Giuseppe Cordaro

Il est temps de quitter la chaleur du sud pour remonter vers le nord… C’est dans les rues de Harlem que Sébastien Hogge Quartet nous emmène. À l’aube de la sortie de son deuxième album, Sébastien a su développer une synergie positive avec ses musiciens. D’ailleurs, sur scène, enthousiasme et complicité sont devenus maitres-mots. Mais le quartet deviendra-t-il quintet un jour ? L’entrée tout en douceur du violon se greffant sur la guitare électrique provoque un alliage aussi subtil que surprenant. Leur nouvel opus risque bien de nous surprendre !

© Giuseppe Cordaro

Enfin, le moment tant attendu pour bien des spectateurs est arrivé ! BJ Scott accompagnée de Jeff Danès montent sur scène. Très vite le public entre en suspension… L’harmonie dégagée par leur deux voix provoque à la fois douceur et sensualité. Des voix profondes, un doigté fluide quoi de mieux pour poursuivre cette soirée !

© Giuseppe Cordaro

Pas avare de morceaux, il est déjà une heure quart lorsque BJ quitte la scène. Il est grand temps pour les Birlin’ Boots de jouer quelques morceaux bien rock’n’roll avant de lancer la Jam.

© Giuseppe Cordaro

Le rideau de cette première édition haute en couleur retombe. Une organisation sans faille grâce au soutien des nombreux bénévoles. Sans oublier tout le travail en amont réalisé par l’asbl Croch. Merci à tous ! Vivement dans deux ans pour une deuxième édition. Enfin, j’espère réellement qu’elle verra le jour, car il est important de mettre en avant les musiciens de talent qui ont choisi de jouer la musique qu’ils aiment au-delà de toute considération commerciale.

© Giuseppe Cordaro

 

Commentaires

commentaires