CAJON, VIOLONCELLE ET POÉSIE : JULIA H ET SON TRIO AU CONCOURS EMERGENZA 

Rédaction : Olivier Sogan // Photographies : Cédric Paladini

Le week-end dernier se poursuivaient les sélections pour le concours Emergenza 2018, organisé par l’équipe belge du festival du même nom. Pour l’occasion, la Péniche la Légia a prêté sa scène aux artistes et groupes venus en découdre. Parmi eux, un trio composé de Julia H, Giuseppe et Mathilde de Montpeyroux a proposé un set de 30 minutes, jouant quelques titres du premier album éponyme de Julia H.

L’intérieur de la péniche est bondée. Il faut dire que l’espace est exigu à bord d’une péniche… Depuis le fond de la salle, près du bar, on ne voit pas grand chose. Heureusement, un écran est là pour retransmettre la performance de Julia H, chanteuse pop-folk qui, pour l’occasion, est accompagnée de Giuseppe au cajon et de Mathilde de Montpeyroux au violoncelle.

Pour les voir de plus près, il faut se faufiler, suivre les lumières bleues et rouges qui, partants de la scène, balayent le public. Pendant l’avancée, le groupe entonne quelques chansons du premier album éponyme de Julia H, sur lequel elle travaille depuis plus de trois ans. L’auteure, compositrice et interprète déclame sa poésie suivant les rythmes de Giuseppe, la voix glissant sur les accords de la Marquise de Montpeyroux.

© Cédric Paladini

Entre applaudissements et éclats de rire

Pendant le passage du trio, l’atmosphère est détendue. L’espace restreint de l’intérieur de la péniche permet une ambiance « maison ». Julia H, au centre, se tient d’ailleurs sur scène avec son attirail habituel : un tapis blanc brodé de rectangles, un rhinocéros en plastique et une lampe. Histoire de, justement, se sentir comme chez elle. Mais un coup d’oeil suffit pour comprendre que ce soir, la violoncelliste à sa droite n’est pas au mieux de sa forme. Qu’importe, le show plait et, encouragée par les applaudissements entre chaque titre, elle rebondit : ses vocalises mezzo-soprano accompagnent poétiquement les mots de Julia.

Avant d’achever sa prestation sur la chanson Femme qui danse, l’interprète la dédicace « à toutes les femmes qui dansent, à toutes celles qui ne dansent pas ; à tous les hommes qui dansent, à tout ceux qui ne dansent pas. A tout le monde ! » Et tout de suite après, l’organisateur de la soirée entame la comptage des voix. Car ce soir, le public sélectionne, parmi tous les artistes qui passeront, leurs deux favoris. Les heureux élus auront la chance de participer à la session finale du concours Emergenza, qui aura lieu au Reflektor courant 2019.

© Cédric Paladini – Giuseppe, Julia H et Mathilde de Montpeyroux

Attendant que leur sort se décide, Giuseppe, Julia et Mathilde s’éclipsent et laissent place aux suivants, Stickman & Stockholm. Installée sur le pont de la péniche, la Marquise de Montpeyroux, grande lauréate des Sessions d’Été 2018 du Reflektor, aborde son parcours entre deux bières bien méritées.

« J’ai financé mes études de théâtre en allant faire la manche dans les restaurants en chantant », confie Mathilde de Montpeyroux

Selon ses aveux, c’est là qu’elle s’est réellement formée au chant. Bien qu’ayant reçu une formation « d’actrice qui chante » en fréquentant les cours de l’ESACT au conservatoire de Liège, elle a forgé sa voix dans les rues et restaurants de la Cité Ardente. D’abord accompagnée d’un guitariste, puis a capella, elle s’est décidée à re-jouer du violoncelle après dix années sans y toucher. « J’ai naturellement choisi mon violoncelle » un instrument qu’elle affectionnait particulièrement quand elle était plus jeune, « plutôt que d’apprendre à jouer de la guitare ou du piano. »

Le chant a toujours été une passion qui jalonnait ses études au conservatoire de Liège, admet-elle. Et elle n’a pas tiré un trait sur sa vocation d’actrice. Elle incarne un rôle dans le deuxième film de Delphine Noëls, réalisatrice belge, intitulé Demain dès l’aube en référence au magnifique poème de Victor Hugo, qui aborde le thème du deuil. Le projet, écrit par les 15 comédiens et encadré par la réalisatrice, « est une mise en abîme de leur promo, devant faire face au deuil d’un de leur proche qui est mort lors des attentats du 22 mars. » En attendant de pouvoir apprécier son jeu, on devra se contenter de la future prestation du trio : car oui, Julia H et ses compères de la soirée ont été sélectionné par le public, aux côtés du groupe rap Stickman & Stockholm. Rendez-vous courant 2019 pour la suite, au Reflektor !

© Cédric Paladini – Mathilde de Montpeyroux

© Cédric Paladini – Giuseppe, Julia H, Mathilde de Montpeyroux

© Cédric Paladini – Matilde de Montpeyroux

© Cédric Paladini – Julia H

 

Commentaires

commentaires