UN P’TIT TOUR DU CÔTÉ DES SCÈNES OUVERTES : L’ARMANDE

Rédaction : Cécile Botton // Photos : Karine Assima & Cécile Botton

Ce dimanche 19 septembre, à l’occasion du premier « THE LAB’ voix (et corps) », Quatremille est monté à bord de la péniche l’Armande. Larguons les amarres avec Sandrine, Coralie et Amélie afin de partir à la découverte de ce lieu bien atypique.

© Karine Assima

Tout commence par un bateau

 « J’ai visité plusieurs bateaux, mais j’ai eu un coup de cœur pour celui-ci parce qu’il était marqué théâtre en grand… comme je voulais faire du théâtre, ça semblait être le lieu idéal », lâche d’emblée Coralie. Anciennement l’Escale, une salle vouée aux concerts jazz et à la chanson française, l’Armande a vu le jour en mai 2018. Coralie et Sandrine rénovent alors la péniche avec quelques amis. Au début, elles ont du mal à définir leur projet mais, bien vite, concerts, théâtre, expositions envahissent le lieu. « On est bénévole, c’est vraiment une passion… Alors quand on faisait une activité presque tous les week-ends qui, souvent, finissait fort tard, c’était difficile d’aller travailler le lundi matin après seulement trois heures de sommeil ! » explique Sandrine. Très vite, elles s’organisent et précisent leur projet pour faire de l’Armande un lieu vivable et viable.

Amélie et Julianne entrent dans la danse

« Rapidement, on est tombé sur Amélie qui a téléphoné pour présenter des performances de danse sur l’Armande » lâche Coralie. C’est ainsi qu’Amélie Dechambre entre en résidence sur l’Armande avec une autre danseuse, Julianne Kasabalis, et deux musiciens, Benjamin Spani et Romanowitch. Leur préparation d’un projet alliant musique et danse aboutit à une performance le dernier jour. « Ici, on a trouvé un bel espace intimiste, juste à dimension pour la danse car on n’est pas assez gros pour être programmés dans un grand théâtre » explique Amélie.

En discutant toutes les quatre, elles ont l’idée de lancer le LAB’ corps (et voix) autour de la danse et enchainent bien vite avec le LAB’ voix (et corps). Elles ne veulent pas trop scinder les deux univers qui, souvent, sont liés. « C’est ainsi qu’on a ouvert ces scènes expérimentales. Et on a vraiment eu envie de se concentrer sur ce genre de trucs car ça nous fait grave kiffer » tonne Coralie. À Liège, il y a tellement de projets qu’elles ont envie d’offrir un espace « performatif » ouvert à toutes les expérimentations, les projets en cours de création, les impulsions… Bref, elles ont juste envie de spontanéité et sont très intéressées par l’expérimentation du public et l’improvisation !

Ce projet est aussi porté par une certaine vision inclusive. « On a également rencontré l’équipe du Créahm qui participera au prochain LAB’corps (et voix) afin de partager leur travail avec un public » explique Sandrine. Par la suite sur le LAB’voix (et corps), elles aimeraient notamment proposer une traduction en langage des signes.

© Karine Assima
Dans un premier temps, la micro ASBL qu’est l’Armande ne demande pas de subsides afin de garder une certaine liberté. Néanmoins, le fonctionnement sur prix libre a ses limites si on veut rétribuer correctement les artistes. Depuis peu, elles ont introduit des demandes de subsides car si les LAB sont devenus une sorte de fil rouge, elles aimeraient articuler plus de choses avec l’idée de développer les résidences et les workshops. Elles émettent également l’envie de proposer une deuxième « chose » chaque mois. « Du théâtre ou des performances sur des versions plus longues ou bien une sorte de jam musique et danse…c’est en réflexion » conclut Coralie. Par ailleurs, diverses collaborations ont déjà eu lieu, notamment avec le collectif de La Liesse, d’une Certaine Gaité, le festival Voix de Femmes et le festival Austral Boréal.

Petit retour de scène

Après pas mal de reports liés au covid et aux inondations, le premier LAB’voix (et corps) se déroule aujourd’hui. « Au vu des inscriptions, il va y avoir des choses très différentes : slam, contes, monologue, chanson, danse… On est très curieuses de voir ! » confie Coralie.

C’est dans une ambiance feutrée que les artistes d’un jour ont défilé devant un public captivé. Écoute et bienveillance ont été les maitres mots de ce début de soirée. « Il y a aussi des choses très personnelles et c’est très touchant de se dire qu’il y a un espace pour les montrer » lâche Sandrine. « Et puis, le public est souvent composé de gens qui sont à deux doigts de monter sur scène ou qui viennent en se disant “la prochaine fois, j’essaierai la scène !” » enchaine Coralie. D’ailleurs, si le cœur vous en dit, les LAB’voix(et corps) et les LAB’corps (et voix) ont lieu en alternance le troisième dimanche du mois à 17 heures.

Le mot de la fin

« Ici, tout est permis tant que la personne est dans le respect d’elle-même et du public… Tout le monde est welcome ! » Envie de tenter l’aventure, n’hésitez pas à les contacter pour proposer votre projet aussi fou soit-il !