LES ANONYMES : DERRIERE LES MASQUES

Photographies © Guillaume Durand
Interview > Rachel Thonart Nardellotto
Rédaction > Eugénie Baharloo

 

 

Ils aiment rimer masqués et sortent bientôt leur premier album « Ma signature », le groupe de rap Les Anonymes a répondu aux questions de Quatremille! On vous livre leur interview!

 

 

Quatremille : « Donnez-moi votre punchline? »

Les Anonymes : «On veut faire de nos rêves des souvenirs »

 

Quatremille : « Pourquoi « Les Anonymes » et pourquoi des masques? »

Les Anonymes : « Avant la formation du groupe, cela faisait déjà un moment que nous étions dans le milieu du rap, mais aucun d’entre nous n’avions réellement de blazes. Pendant toute une période les morceaux ne quittaient même pas le studio, on est resté pas mal de temps dans l’ombre. Pour nous, le rap c’est avant tout un kiff entre potes. Et puis, on a commencé à publier certains de nos sons sur le net, ça nous a permis de participer à des émissions radios et de jouer en concert mais toujours sans blazes. Au final, à une époque où tout est fort axé sur le visuel, le fait d’être appréciés pour nos morceaux uniquement, et non pas pour l’image ou l’ethnie que nous représentions, nous a plu. Ça a ensuite soufflé le nom du groupe. Le thème de l’anonymat, des masques et de tout ce qui gravite autour nous a aussi permis de façonner un univers qui nous est propre, depuis le studio d’enregistrement jusqu’au-devant de la scène. »

 

Quatremille :  « Définissez votre projet artistique ? »

Les Anonymes : « Comme beaucoup de MC’S, on a commencé par le tag et le graff. Certains se sont ensuite plutôt dirigés vers le beatmaking, d’autres vers le Deejaying mais toujours avec cette passion commune : le Hip-Hop. Pour parler du prochain album, le projet est avant tout un hommage au rap dit « Boum Bap », celui avec lequel nous avons grandi et évolué. C’est un projet teinté de différentes sonorités, on peut y retrouver des choix de samples et d’instrumentales influencés par le jazz, la soul, la chanson française ou même l’électro. C’est aussi un univers où chaque morceau reflète une ambiance différente : certains sont plus évasifs et mystérieux, d’autres plus incisifs et percutants, tandis que d’autres encore sont plus sombres et calmes. »

 

Quatremille : « Les anonymes…Votre rap: un rap qui a du sens? Pour se marrer? Pour revendiquer? »

Les Anonymes : « Il y a sans doute un peu des trois, selon l’humeur du jour. Notre rap, on le fait avant tout parce qu’on aime rimer, on aime cette langue, cette musique. Mais il y a forcément aussi une part de nous-même, de notre ressenti sur le quotidien qui s’exprime au travers de notre travail. C’est pour cela que les thèmes que nous abordons sont fort différents d’un morceau à un autre, certains parfois plus profonds que d’autres. »

 

Quatremille : « Qu’est-ce que Liège a amené dans votre parcours artistique? »

Les Anonymes : « Jusqu’ici, Liège ne nous a pas vraiment mis de frein, au contraire même. Il y a tout un coté underground dans cette ville qui nous a permis de rencontrer pas mal de monde, de participer à des open mics et de créer des connexions avec d’autres artistes. Par rapport à la scène hip hop/rap, Liège est plutôt active, selon nous. »

 

Quatremille : « Liège en une rime? En un QG? »

Les Anonymes : « La plaine de Cointe, le studio… Et la piaule de Djohndoe! »

 

Quatremille : « Quelles actus à venir pour Les Anonymes? »

Les Anonymes : « Ma signature, notre premier album, un douze titres, devrait sortir d’ici quelques mois. Le projet sera entièrement produit par Eks Luthor. Aux platines, c’est Djohndoe qui s’occupe de la partie scratchs. Dj Selack aux commandes pour le mixage et mastering. En parallèle, on prépare actuellement un teaser, et puis on espère par la suite pouvoir clipper quelques morceaux et défendre le tout sur scène, devant vous peut-être! »

 

 

Pour découvrir Les Anonymes, on check leur page facebook!

 

Commentaires

commentaires