4540 URBAN FESTIVAL, PREMIÈRE ÉDITION

Rédaction : Patrick Ndibwalonji Badibanga // Photos © Prodije Mbonzo

Initiative du 4540 Collectif chapeautée par le Centre culturel du coin, ce samedi 11 septembre dernier est né l’Urban Festival d’Amay ! Des rappeurs aux breakeurs en passant par les vendeurs de t-shirts, tout le gratin du hip hop liégeois était au rendez-vous ! Avec quelques surprises venues d’ailleurs en bonus track.

OGR au 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
OGR © Prodije Mbonzo

Une date qui fera date

« C’est qui le gars qui rappe torse nu en chaussettes ? », s’étonne un spectateur comblé par tant d’audace. « C’est Zori ! » Quelle entrée en scène à couper le souffle ! Si on vous dit 11 septembre, vous pensez probablement au World Trade Center. Pourtant, à des milliers de kilomètres des États-Unis, la petite bourgade d’Amay a presque volé la vedette aux fameuses tours américaines. Et des vedettes, il y en a eu assurément. Ce n’est pas Youv Dee, venu tout droit de France, qui nous dira le contraire. Sans parler des Venlo, OGR, Safari et autres Moji x Sboy qui font parler d’eux depuis un bon moment en dépit de leur jeune âge.

Malgré ces invités prestigieux, le plus étonnant était peut-être le défilé de motos auquel personne ne s’était préparé. « Je ne savais pas à quoi m’attendre », nous confie du reste Kaer, ancien membre du groupe Starflam et parrain de l’événement. Ces ronronnements de moteurs, nous les devons aux jeunes artistes qui ont voulu marquer le coup en invitant une troupe de motards. Mais pas seulement.

Un festival par et pour les jeunes

Qui s’attendrait à voir des jeunes en décrochage scolaire organiser un festival en pleine période de pandémie ? Probablement personne ! Pourtant, c’est le pari qu’ont tenté avec succès les membres du collectif 4540 accompagnés d’autres sympathisants. Si les artistes sont jeunes, le public l’est tout autant. Pourtant, aux vus des prestations de chacun, on pourrait croire qu’ils ont une carrière longue comme le bras. « Chacun rappe ses propres textes », nous précise Vicky Stratidis, coordinatrice du projet, pour souligner le professionnalisme de ces jeunes passionnés. Esseulés dans leurs chambres respectives ou à plusieurs pour s’entraider, leurs plumes n’ont pas chômé…  Avec un résultat à la hauteur des espoirs attendus. Avec des textes d’une profondeur parfois étonnante et une atmosphère unique, ces nouveaux venus dans la scène artistique belge en ont étonnés plus d’un. Leur générosité dans l’effort a contribué à faire de cette première édition de l’Urban festival d’Amay une réussite. Et eux-mêmes ont semblé mesurer la portée de ce qu’ils avaient accompli après coup.

« Approchez, faisons une photo ensemble », nous propose Ulysse, chanteur du groupe Odysseas en terminant son set. Érigé en véritable meneur de la troupe, le rappeur voulait immortaliser le moment et partager un cliché avec ceux qui les ont soutenus tout au long de la journée. À voir l’engouement des artistes et la réponse du public, nous comprenons que le 4540 est plus qu’un collectif : c’est une famille. Quoi de plus logique, dès lors, de voir plusieurs artistes sur scène partager leur moment de gloire avec des homologues ne faisant pas partie de leur groupe ! Même les vendeurs de t-shirt ont eu leur part du gâteau quand l’un ou l’autre chanteur a arboré les vêtements de la marque Kid afin de leur faire de la pub. Voilà un visage qui rend à la culture urbaine ses lettres de noblesse.

L’autre facette du Hip Hop

Que serait un festival de Hip Hop sans une battle de breakdance ? Un acte manqué pour certains ! Un non-sens pour d’autres ! Heureusement, il n’en fut rien. Le traditionnel concours de break était bien présent. Et il ne fallait sous aucun prétexte manquer les prouesses des danseurs ce samedi 11 septembre. Des jeunes aux confirmés, il y en a eu pour tous les goûts et le public pour son argent. Par moment, on a même eu l’impression que les breakeurs volaient la vedette aux chanteurs. Comme un symbole, l’équipe victorieuse du concours des confirmés était composée d’un adulte et du petit Djibril, âgé de 15 ans. Non content de pouvoir se mesurer aux grands, il a su susciter l’émoi de toute l’assistance presque entièrement acquise à sa cause.

Et après ?

Les artistes du collectif 4540 ne s’arrêteront certainement pas en si bon chemin. « Ce que nous avons appris, nous le restitueront », clament-ils haut et fort. Ils l’ont promis et ont déjà commencé la mission qu’ils se sont donnés. Entre les formations à leur musique préférée et les différents ateliers qu’ils comptent organiser, leur rôle d’intermédiaire entre les plus jeunes et les anciens, ils comptent l’assumer jusqu’au bout. Et, qui sait : peut-être y a-t-il de futures têtes d’affiche parmi eux !

  • 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • Safari au 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • Venlo au 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo
  • 4540 Urban Festival d'Amay 2021 © Prodije Mbonzo

Suivre l’actu du collectif 4540 :