100 ARTISTES 100 OEUVRES SANS TOIT

Photographies et Rédaction : Naomi Bussaglia

La semaine passée, Le Hangar – lieu culturel bien connu des Liégeois – célébrait ses 15 ans. 15 ans de fête répartis en 5 journée, on vous fait un zoom sur l’exposition “100 artistes 100 oeuvres”. Une expo qui lançait le crowdfunding “Le Hangar a besoin de toit!”, destiné à financer la restauration du toit et de la salle d’exposition.

© Naomi Bussaglia

Le Hangar, c’est un endroit d’intérêt pour les Liégeois. Un lieu où la musique rencontre l’art plastique, un lieu où une bière servie peut signifier de longues minutes à discuter au bar “Mais c’est le dernier, promis.” Le Hangar, qu’on y soit déjà passé ou pas, on a déjà entendu parler de ses expos, de ses concerts, de son tout premier marché de noël. Alors fêter ses 15 ans, c’était inévitable.

En montant les marches vers l’exposition “100 artistes 100 oeuvres”, la musique jazz qui émane du bar en pleine journée ne nous quitte pas. La salle entière est envahie d’oeuvres, qu’elles soient accrochées aux murs encore debout, ou bien disposées dans les coins plus sombres de la pièce, il y en a bien cent. Au premier abord, aucune oeuvre ne ressemble à une autre, on découvre des peintures de type “réaliste”, ainsi que des peintures dites “abstraites” ou “modernes”, séparées par des lampes, des fabrications en tissus ou en carton, et bien d’autres objets insolites. C’est comme si dans cette pièce, rien n’était fait pour s’entendre. Et pourtant, parmi la centaine d’univers, chaque oeuvre s’harmonise avec sa voisine. On est sur du très lourd, on félicite d’ailleurs les organisateurs.

Réunir cent artistes plasticiens, c’était le projet des 15 ans. Parce que parmi ces cent artistes, il y en a bien entendu qui ont déjà contribué à l’histoire du Hangar. Au delà de l’art plastique, ce sont des musiciens, des DJ, et des groupes qui participent aux cinq journées d’anniversaire du lieu. Chaque artiste représenté est alors une des briques du Hangar. Car si tout marche bien, chaque oeuvre vendue rapportera au Hangar un montant à investir pour les rénovations. On remarque le toit, vaillant, tentant de rester fier parmi ses trous, ses poutres un peu trop vieilles et l’humidité. On remarque que chaque souci à rénover représente quand même le nombre d’années et de fêtes que cette salle a vu passer. Juste pour ça, on a envie de les aider.

Alors qu’on s’approche un peu plus près d’une oeuvre ou l’autre, Mathyoo, un des artiste exposé exprime son intérêt pour le Hangar. “J’ai eu la chance d’être exposé ici au début de l’histoire du Hangar.” Il explique pourquoi le lieu a une signification pour lui, et pourquoi le crowdfunding est important. “Je suis concerné. Participer au crowdfunding entre artistes c’était plutôt sympa car on nous donne l’opportunité de se retrouver tous ici, pour une bonne cause.” On en sait un peu plus sur la vision même des artistes, on peut continuer notre visite et se laisser transporter par certaines oeuvres.

© Naomi Bussaglia

Il y en a des drôles, comme il y en a des révoltantes, des plus recherchées, des plus subtiles. Les oeuvres représentent chacune un public particulier de Liégeois, ça nous montre que tout le monde est le bienvenu ici, et que l’art appartient à chacun. Des coups de coeur, il y en a. Durant la visite, on découvre un monde après l’autre, sans transitions, avec pour seul but d’intéresser le public à soutenir le Hangar. Une exposition avec une cause, on aime bien celles-là.

Pour toutes infos supplémentaires concernant le Hangar et son crowdfunding (avec contreparties) :

http://crowdin.be/projet-crowdfundind/lehangar

© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia
© Naomi Bussaglia

Commentaires

commentaires